GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le PIB sur la sellette

    Le PIB de plus en plus contesté, doit intégrer de nouvelles composantes liées l’économie du 21ème siècle comme le numérique. GETTY Images/Óscar López Rogado

    Les chiffres du Produit Intérieur Brut sont-ils fiables ? La question se pose aussi bien pour la Chine que pour le Japon.

    Contester la validité du PIB chinois est devenu un automatisme parmi les experts chargés de scruter cette économie. C'est pourquoi, une fois encore, ils émettent des réserves sur les 6,7% de croissance annoncés cette semaine à Pékin pour le troisième trimestre.

    Le chiffre a sans doute été gonflé par les autorités. Car dans l'empire du Milieu, on a la religion du chiffre., la principale mission du parti communiste chinois étant de réaliser les objectifs de croissance adoptés en comité central. Ce maquillage sert le récit national. Jusqu'en 2002, pendant les années de surchauffe, le pouvoir chinois a eu tendance à sous-estimer la croissance et l'inflation. Depuis, c'est plutôt l'inverse qui prévaut à Pékin.

    Au Japon, c'est le gouvernement qui doute maintenant de ses propres statistiques.

    C’est beaucoup plus inquiétant parce que ce n’est pas délibéré. Le gouvernement a réalisé cet automne qu’il a basé sa politique récente sur des données peut-être erronées. Il a donc décidé de revoir complètement ses méthodes de calcul après la publication, en septembre, d'une étude très sérieuse de la banque centrale. Etude contredisant complètement les statistiques officielles pour la période 2014-2015.

    On pensait que l'archipel était alors tombé en récession, à cause de la forte hausse de la TVA, l’une des mesures phares des Abenomics. Or, en s'appuyant sur les données fiscales de la TVA réellement perçue, deux économistes de la banque du Japon concluent que leur pays a connu en fait une croissance robuste de +2,4%. Si l'étude dit vrai, c'est fâcheux parce que la récession déclarée a conduit les entreprises à revoir à la baisse leurs investissements tout comme les éventuelles hausses de salaire.

    Comment expliquer un tel écart ?

    Les estimations officielles sont basées entre autres sur des enquêtes effectuées auprès d'un panel de 9 000 ménages. Mais l'échantillon n'est visiblement pas suffisamment renouvelé. Faute de candidats, les enquêteurs doivent se contenter des réponses des volontaires, des personnes âgées ou des femmes au foyer, des consommateurs prudents qui ont tendance à limiter leurs dépenses.

    Deuxième biais : ces sondages font l'impasse sur le commerce en ligne. Par ailleurs, l'administration nippone chargée des statistiques a perdu 20% de ses effectifs ces dix dernières années, cela explique aussi les faiblesses de l'appareil statistique.

    Le Produit Intérieur Brut demeure un outil pertinent ?

    Les gouvernants ont absolument besoin de connaitre le niveau de richesse d'un pays pour scruter l'évolution de l'économie et ils font des efforts permanents pour adapter l'outil. En Europe, par exemple, le PIB intègre maintenant les revenus de la drogue, de la prostitution, du commerce des armes, mais son évolution ne rend toujours pas compte du numérique.

    Le PIB peut très bien reculer alors que la vie des gens s'améliore grâce à de nouveaux services fournis sur internet, a conclu un chercheur sollicité sur la question par le gouvernement britannique. Les composantes du PIB définies par les Nations unies ne reflètent plus l'économie du 21ème siècle. Enfin, même si le PIB est de plus en plus contesté, il continue à être pris pour argent comptant par les investisseurs. Hier, les marchés n'ont absolument pas tenu compte des réserves des analystes sur la crédibilité des données chinoises et ils ont grimpé après l'annonce des bons chiffres chinois du troisième trimestre.


    Sur le même sujet

    • FRANCE

      France: la dette publique atteint 98,4% du PIB

      En savoir plus

    • France / Défense

      France: l'objectif de 2% du PIB consacré à la Défense est-il atteignable?

      En savoir plus

    • Grèce

      Grèce: légère augmentation du PIB au deuxième trimestre

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Etats-Unis: la croissance du PIB tirée vers le haut par la consommation

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.