GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les Gardiens de la révolution iranienne s'invitent dans les appels d'offre pétroliers

    Plateforme pétrolière iranienne de Soroush, dans le golfe Persique. REUTERS/Raheb Homavandi

    En Iran, les compagnies pétrolières internationales ont jusqu'à la mi-novembre pour postuler aux appels d'offres sur 50 projets pétroliers et gaziers. Quelques jours avant l'échéance, les conglomérats iraniens, aux mains de l'élite religieuse, exigent d'être associés au processus.

     

    C’est « une honte » de confier aux compagnies étrangères le contrôle des nouveaux projets pétroliers, estime un ancien commandant de la révolution iranienne. Ebadollah Abdollahi dirige aussi un conglomérat industriel, Khatam al Anbia. À mesure que la date limite de l’appel d’offres pétrolier approche, le 19 novembre prochain, les Gardiens de la révolution iranienne, qui contrôlent des pans entiers de l’économie, font vibrer le sentiment national pour pouvoir participer au processus.

    La semaine dernière la société pétrolière nationale, la NIOC, avait estimé que les compagnies étrangères étaient les mieux à même de prendre la direction des grands projets pétroliers, comme Azadegan Sud. Dimanche dernier, le ministre du Pétrole a dû rectifier le tir en déclarant que les entreprises iraniennes pourraient également déposer des offres pour ce champ géant.

    Un changement de contrat pétrolier

    Les compagnies étrangères sont de fait les seules à disposer à la fois de la technologie et des fonds nécessaires au développement des grands gisements. Pour les courtiser, le gouvernement iranien a d’ailleurs révolutionné le contrat pétrolier type, il pourra durer jusqu’à 25 ans, contre 5 ans seulement avant la levée des sanctions.

    Le service des compagnies pétrolières étrangères sera rémunéré, en cash et en barils, en fonction de la croissance de la production et des investissements réalisés, mais seulement au niveau des terminaux d’exportation. On joue un peu sur les mots pour ménager, là encore l’aile conservatrice, souligne Philippe Sébille-Lopez, pas question de parler de contrat de partage de production, c’est interdit dans la Constitution iranienne.

    Un appel d’offres test

    Ce premier appel d’offres sur 50 projets pétroliers et gaziers servira de test pour connaître la réaction des investisseurs étrangers, estime Francis Perrin. Le néerlandais Shell devrait être sur les rangs, le Français Total, l’Italien Eni probablement, des compagnies européennes, donc, mais aussi des compagnies asiatiques - les majors américaines étant encore exclues par les sanctions de Washington.

    Mais toutes ces compagnies étrangères vont devoir compter avec les entreprises des Gardiens de la Révolution, qui s’invitent au tour de table. Les entreprises présélectionnées seront connues le 7 décembre, et les gagnants au mois de mars prochain.

     


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      L'Opep satisfaite du rééquilibrage pourtant fragile du marché pétrolier

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L’Iran va devoir se faire une place sur les marchés pétroliers

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le conflit irano-saoudien accélère le plongeon du pétrole

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales
    A neuf mois des municipales les chantiers urbains s'accélèrent en France. Ce qui entraîne des difficultés d'approvisionnement en granit et en bitume.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.