GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Trump et Clinton tous les deux au chevet de la classe moyenne

    Donald Trump et Hillary Clinton, lors d'un dîner de charité, le 20 octobre 2016 à New York. REUTERS/Carlos Barria

    Donald Trump et Hillary Clinton ont beaucoup insisté sur tout ce qui les oppose, c’est le jeu de la campagne. Mais sur le plan économique, il y a aussi entre eux des convergences étonnantes sur certains dossiers.

    C'est frappant sur le commerce international. Donald Trump a été le premier à capter le ras-le-bol que suscite la mondialisation. Et il fait de la surenchère sur ce thème en promettant un protectionnisme pur et dur : s'il est élu les Etats-Unis quitteront l'Alena, l'accord de libre-échange passé entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, les négociations avec l’Europe sur le TTIP seront stoppées net et des droits de douane exponentiels seront imposés sur les produits mexicains et chinois.

    Hillary Clinton, qui a été l’une des chevilles ouvrières du traité de libre échange récemment signé avec l'Asie a fini elle aussi par prendre ses distances avec les vertus de la mondialisation. Elle trouve finalement que ce traité transpacifique n'est pas le meilleur accord pour l'Amérique. Et elle se dit sceptique sur le TTIP. Enfin, surfant sur cette vague protectionniste, elle dit vouloir soutenir les industries locales touchées par la crise ainsi que celles qui font l'effort de relocaliser les usines.

    Sur le salaire minimum Donald Trump s'est rapproché de la position défendue par Hillary Clinton

    La candidate démocrate prône une augmentation forte du smic horaire au niveau fédéral. Il est actuellement fixé à 7 dollars 25 de l'heure, elle veut le faire passer à 12 dollars. Donald Trump qui ne voulait pas entendre parler d'un coup de pouce, propose finalement de laisser la main aux Etats et suggère un objectif de 10 dollars de l'heure.

    Sur ces deux dossiers où ils ont clairement rapproché leurs positions, les deux prétendants à la Maison Blanche partagent le même objectif : ils cherchent à répondre aux attentes de cette classe moyenne éreintée par la crise de 2008 et dont le vote est aujourd'hui crucial pour l'un comme pour l'autre. Pour le candidat populiste cet électorat est plutôt masculin et de couleur blanche. Et côté démocrate c'est l'électorat anti-establishment, qui se retrouve dans les thèses d’Occupy Wall Street et qui a initialement soutenu non pas Hillary Clinton mais Bernie Sanders.

    Les deux candidats se retrouvent aussi dans la politique de relance budgétaire.

    Tous les deux veulent initier des grands travaux pour rénover les infrastructures, les aéroports, les routes, tous les équipements aujourd'hui en piteux état. Avec des variantes dans l'ampleur des fonds. Donald Trump veut y consacrer 500 milliards de dollars et Hillary Clinton environ la moitié. Tant pis si cette politique creuse le déficit déjà abyssal des finances publiques de l'Amérique, tous les deux estiment que le plus important est aujourd'hui de soutenir la croissance.
     
    Retrouvera-t-on ces convergences dans la politique économique du futur président américain ?
     
    Etant donné qu'ils partagent ce socle commun, on voit mal le Congrès s'opposer à la mise en œuvre de cette politique, avec un dosage qui sera variable d'un candidat à l'autre.
     
    Malgré tout il subsiste de profondes divergences économiques entre eux, notamment sur la fiscalité : Donald Trump veut alléger les impôts des plus riches tandis qu'Hillary Clinton veut les alourdir. L'un oppose volontiers les petits entrepreneurs à l'establishment tandis que l'autre veut réconcilier l'Amérique avec plus de redistribution, des philosophies diamétralement opposées mais qui ont souvent été occultées dans cette campagne centrée sur les personnes plutôt que sur les projets.


    Sur le même sujet

    • Etats-Unis

      Les réseaux sociaux, l'autre champ de bataille de Clinton et Trump

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Le renouvellement du Congrès, l'autre enjeu des élections américaines

      En savoir plus

    • Etats-Unis / Election présidentielle

      Revivez minute par minute la victoire de Donald Trump à la présidentielle

      En savoir plus

    • Etats-Unis / Afrique

      Présidentielle américaine: l’Afrique, grande absente de la campagne électorale

      En savoir plus

    • Revue de presse française

      A la Une: Clinton ou Trump?

      En savoir plus

    • Présidentielle américaine

      Après une folle campagne, les Américains à l'heure du choix

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.