GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    «Des sentiers sonores» à Fushatamal.org: les nouvelles voix de la mémoire

    Reportage « Sentiers sonores ». DR

    « Donald Trump est à la politique ce que Netflix est au monde de la télé, et ce que Daech est aux relations internationales. » Traduction : Donald Trump est un nouvel acteur qui, en très peu de temps, a bouleversé la donne. Cette bien étrange analogie a été prononcée dans une interview par un éditorialiste d’origine vénézuélienne, Moises Naim. Oui, parce que Donald Trump qui, personnellement me frappe par sa grossièreté, son inculture, son racisme éhonté, son absence de scrupule ou sa mauvaise foi systématique, c’est aussi une créature finalement 100% XXIème siècle mondialisé et déboussolé, et son élection est une illustration parfaite de la thèse de la « fin du pouvoir » que défend Moises Naim.

    Alors que dit cet ancien ministre, passé par le MIT, par la très influente revue Foreign Policy, ou encore la Fondation Carnegie ? Que le pouvoir, a définitivement changé de forme et de nature. Dans son livre The End of power publié en 2013, non traduit en français à l’heure actuelle, il explique que le pouvoir est aujourd’hui plus facile à acquérir, plus difficile à conserver, et plus facile à perdre.
    Et pour cause, la mondialisation a bouleversé les hiérarchies traditionnelles, les flux, qu’ils s’agissent de biens ou d’informations, circulent aujourd’hui à la vitesse des électrons, dans un environnement numérique qui sape les fondamentaux des organisations comme les Etats qui, aujourd’hui encore, s’entêtent à faire comme si nous vivions encore au XXème siècle.

    Le pouvoir est aujourd’hui distribué à tout-va, ou plutôt RE-distribué dans tous les sens du terme : ni l’Europe, ni même l’Amérique de Donald Trump ne maîtrisent le pivotement du monde vers l’Asie, les Etats sont dépassés par une économie numérique déterritorialisée qui génèrent des milliards de dollars, bien au-delà des PIB de la plupart des pays, et nous sommes de plus en plus nombreux à pouvoir tenter de prendre part à un tout petit bout de pouvoir, puisque les outils, les communautés, les possibilités d’accès sont là.

    Mais, à mesure que le monde s’ouvre, les leviers pour le changer se compliquent et la déception guette, voire, quand on se sent démuni face au changement, c’est la colère qui peut prendre le pouvoir. Et c’est ça qui rend possible l’avènement de cette ère de la « post-vérité », dont on a déjà parlé ici, qui fait qu’un Donald Trump peut dire tout et n’importe quoi, en dépit du bon sens et de tous les fact-checkings du monde.

    Donald Trump, c’est finalement un acteur de cette fin du pouvoir qui pourrait bien (je l’espère) être très vite balayé, lui aussi, quand la désillusion des électeurs succèdera à ce vote en forme de protestation. Les médias, les sondages ne l’ont pas vu venir ? Une fois plus, c’est la même chose : si deux cents journaux ont pris position pour Mme Clinton, contre six pour M. Trump (selon un décompte de Politico),
    c’est aussi parce que ces journaux et ces médias continuent de vivre et de penser dans un système qui n’est plus forcément le nôtre, le vôtre, ou, en tout cas, plus tout à fait celui d’un nombre croissant de lecteurs et d’électeurs qui se sont détournés de ces médias qui ne leur parlaient plus.

    Ajoutez à tout cela ce phénomène bien connu sur les réseaux sociaux qui veut que votre compte Facebook vous enferme dans vos convictions (et parfois, vos erreurs de jugement), et vous mesurez l’ampleur de l’écart qui nous sépare parfois de la réalité.

    Bref, c’est de ce monde, dont on parle, en permanence, dans l’Atelier des médias, de ce monde où les hiérarchies traditionnelles, les corps intermédiaires, les clercs et les médias n’ont plus le monopole de l’accès à l’espace public mais où les internautes, les citoyens, les bidouilleurs de tous horizons peuvent tenter de contribuer à la réinvention de notre monde en mettant le paquet sur l’accès à l’information, le partage de la connaissance et l’éducation aux nouveaux médias.

    D’ailleurs, je vous propose cette semaine de prendre le contre-pied de l’actualité !

    Nous allons la jouer « low tech », comme on ne dit pas en français : c’est-à-dire sans chichi technologique, mais avec des expériences concrètes qui nous ouvre sur de nouvelles façons de partager une mémoire, un destin, de faire ou de refaire communauté.

    Vous allez pouvoir prendre le maquis, le temps d’un reportage, en compagnie de Raphaël Krafft, qui nous emmènera sur les « Sentiers sonores » de la Vallée du Haut-Bréda.

    C’est au Liban, aussi, que nous conduira le reportage de Melissa Barra, où un mémorial numérique permet de questionner la mémoire de la guerre du Liban et de ses 17 000 disparus.

    Mais, en ouverture de l’émission, nous avons appelé le journaliste Jean-Baptiste Renaud, journaliste d’investigation pour l’agence Premières lignes, qui a réalisé pour l’émission Cash Investigation diffusée sur France 2 en mai 2016, un documentaire portant sur le climat. Et là, il est à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour participer à The African Investigative Journalism Conference.


    Sur le même sujet

    • Débat du jour

      Brexit, Trump... Une nouvelle ère politique commence-t-elle ?

      En savoir plus

    • La revue de presse des Amériques

      A la Une: des Etats-Unis divisés après la victoire de Donald Trump

      En savoir plus

    • Russie

      Russie: la presse applaudit sobrement l’élection de Donald Trump

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      La victoire de Trump divise les Britanniques

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.