GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Israël veut pouvoir exporter en toute liberté son gaz

    Une vue aérienne de la plate-forme de forage de gaz Tamar dans la mer Méditerranée au large des côtes d'Israël, le 30 juillet 2015. AFP PHOTO / AHIKAM SERI

    Israël vient de lancer (mardi 15 novembre) un appel d'offres sur 24 nouveaux champs gaziers au large de ses côtes. L'objectif est de donner à l'Etat hébreu la plus grande marge de manoeuvre possible pour exporter librement son gaz.

    Israël espère que les compagnies répondront nombreuses à son appel d'offres gazier, malgré la conjoncture pétrolière et malgré les mauvais souvenirs des démêlés juridiques autour du précédent appel d'offres. Car Israël ambitionne de doubler ses réserves de gaz.

    Six ans après la découverte des gisements géants de Tamar et Leviathan, l'Etat hébreu ne peut toujours pas exporter son gaz librement : quand on enlève les 60 % réservés à la consommation nationale et le contrat de fourniture à la Jordanie, Israël n'a plus assez de gaz pour financer une usine de liquéfaction et expédier ce gaz naturel liquéfié par bateau, où bon lui semble.

    Pour l'instant, rappelle Pierre Terzian, de Petrostratégies, Israël dépend de la Turquie ou de l'Egypte pour écouler son gaz : « N'ayant pas découvert suffisamment de gaz pour pouvoir exporter en toute indépendance via la liquéfaction - parce que ça coûte cher de construire une usine de liquéfaction - les Israéliens n'ont que deux choix et deux seulement : exporter vers la Turquie, mais il faut espérer que les relations avec la Turquie resteront bonnes, or le passé récent a montré qu'il y a des risques énormes. Deuxième option : l'Egypte, mais cela veut dire aussi qu'Israël accepte de dépendre politiquement et économiquement de l'Egypte pour liquéfier son gaz dans des usines égyptiennes et l'exporter. Donc, les deux options présentent des inconvénients. »

    Pour l'instant, Israël ménage toutes les options pour exporter son gaz, le mois dernier il était encore question d'un gazoduc avec la Turquie. Mais les autorités israéliennes espèrent que leurs nouvelles enchères gazières leur donneront la possibilité d'exporter leur gaz liquéfié jusqu'en Europe de l'Ouest. Verdict en mars 2017.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Israël devient exportateur d'énergie

      En savoir plus

    • Jordanie

      En Jordanie, la contestation enfle contre un contrat de gaz avec Israël

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Israël, potentielle puissance exportatrice de gaz

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.