GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Congo-Brazzaville: «Je ne me reproche rien», clame André Okombi Salissa

    Vue de Brazzaville, capitale du Congo. L'ancien candidat à la présidentielle André Okombi Salissa vit caché depuis huit mois et la réélection contestée du président congolais. Wikimedia/Jomako

    Il ne s'était pas exprimé depuis le mois d'avril dans les médias. L'ancien candidat à la présidentielle au Congo-Brazzaville, André Okombi Salissa, parle ce soir sur RFI.
    L'ex-ministre de Denis Sassou-Nguesso, passé à l'opposition, vit caché depuis huit mois et la réélection contestée du président congolais. Certains de ses collaborateurs ont été arrêtés, son bras droit a été enlevé et torturé. Lui reste dans la clandestinité alors qu'en début de semaine, les autorités affirment avoir trouvé des armes au domicile de son épouse. André Okombi Salissa est soupçonné de détention illégale d’armes et munitions de guerre, et tentative d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Malgré tout, ce soir, il appelle au dialogue.

    André Okombi Salissa est soupçonné de détention illégale d’armes et tentative d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Désormais dans le viseur de la justice, l'opposant brise le silence et se défend. « Il s’agit là d’une manipulation grossière que le pouvoir vient de monter. C’est le recours à la culture stalinienne du complot. Je ne me reproche rien ! Et d’abord des armes pour faire quoi ? Je ne suis pas dans le schéma de ceux qui pensent conserver ou conquérir le pouvoir par les armes !», s'insurge André Okombi Salissa.

    L'ancien ministre dénonce un pouvoir brutal, liberticide. Il l'accuse de faire bien pire que celui de l'ex-président Pascal Lissouba. Régime qu'il avait combattu avec Denis Sassous Nguesso. Pour autant, afin de sortir le pays de la crise, André Okombi Salissa prône le dialogue. « Il s’agira de savoir quels sont les interlocuteurs en face, quel est le contenu du dialogue. Nous voulons un dialogue inclusif, sans tabous ! La crise post-électorale est due au fait que la volonté populaire exprimée dans les urnes n’a pas été confirmée mais les Congolais n’en pensent pas moins… Il faut qu’on en parle ! »

    Un dialogue qui ne se fera pas sans conditions. André Okombi Salissa exige notamment la libération des prisonniers politiques, le retrait des troupes dans le Pool et le retour des libertés. Quant à l'opposition, André Okombi Salissa la juge cohérente. L'alliance conclue en mars avec quatre autres candidats est toujours valable à ses yeux. Même s'il estime que le plus sera, si le dialogue a lieu, de trouver une position commune entre les différentes courants.


    Sur le même sujet

    • Congo-Brazzaville

      Congo-B: il y a un an, l'arrestation de Paulin Makaya

      En savoir plus

    • Congo-Brazzaville

      Brazzaville: un sit-in pour dénoncer la situation dans le Pool interdit

      En savoir plus

    • Congo-Brazzaville

      Congo-Brazzaville: bilan après une année d’application de la nouvelle Constitution

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.