GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
    • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
    • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations

    Les OGM prennent peu à peu racine au Nigeria

    Du manioc. Au Nigeria, seuls des essais ont été réalisés, de maïs OGM, de riz, de niébé et de manioc. Getty Images/Inga Spence

    Au Nigeria, la culture des OGM vient d'être approuvée par l'Académie nationale des sciences, qui souligne l'enjeu de sécurité alimentaire.

    L’Académie nigériane des sciences vient au secours des OGM, après les manifestations monstres du printemps au Nigeria contre Monsanto, qui les commercialise. Le Nigeria devrait être le cinquième pays d’Afrique à se lancer dans leur production commerciale, après l’Afrique du Sud, le Burkina Faso, l’Égypte et le Soudan.

    Pour l’instant, seuls des essais ont été réalisés, de maïs OGM, de riz, de niébé et de manioc. Mais le processus avance avec une loi sur la biosécurité l’an dernier, et aujourd’hui le blanc-seing de l’Académie nigériane des sciences : les OGM sont « sains à produire comme à consommer », estiment les chercheurs nigérians. « Les bénéfices à en tirer l’emportent sur les inquiétudes » qu’ils peuvent inspirer : il s’agit de « doper l’agriculture nigériane » pour nourrir moitié plus de personnes dans 15 ans au Nigeria, soit 260 millions d’habitants.

    Un impact qui reste à mesurer

    L’augmentation des rendements n’est pourtant pas le principal avantage trouvé aux OGM par une autre Académie des sciences, celle des États-Unis, eldorado de ces cultures : aucune preuve, selon la recherche américaine, que le tonnage a progressé plus vite aux États-Unis grâce aux OGM qu’en Europe avec la simple sélection variétale sans OGM. Il n’empêche qu’on récolte depuis cinq ans aux États-Unis, et malgré la sécheresse, une tonne de plus à l’hectare qu’en France, selon Agritel, le rendement du maïs OGM est le double du maïs conventionnel en Afrique du Sud ou au Nigeria, selon le Groupement national interprofessionnel des semences en France.

    Les semences transgéniques sont certes plus chères, c’est ce qui fait revenir certains agriculteurs américains aux cultures conventionnelles depuis la chute des cours des céréales, mais les semences Bt nécessitent bien moins de pesticides, puisqu’ils sont intégrés à la plante. C’est ce qui avait rendu le coton transgénique si populaire auprès des agriculteurs au Burkina Faso, avant qu’on ne découvre qu’il rétrécissait la fibre blanche. Mesurer l’impact positif ou négatif des OGM imposera, reconnaît l’Académie nigériane des sciences, une « vigilance sur leurs effets à long terme », au Nigeria comme ailleurs.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.