GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)

    Pollution de l’air: un coût économique important pour la France

    Pour la quatrième fois en 20 ans, les autorités françaises ont imposé un dispositif de circulation alternée à Paris et sa banlieue pour tenter de lutter contre la pollution. Thomas SAMSON / AFP

    Transports publics gratuits, circulation alternée, maladies respiratoires, la pollution de l’air à laquelle est confrontée une partie de la France a un coût économique.

    En Île-de-France par exemple, une des régions les plus polluées, la gratuité des transports publics mise en place depuis mardi dernier coûte à la région 4 millions d’euros par jour. La circulation alternée a un coût aussi ; elle pénalise surtout les entreprises de transports de marchandises. Selon la Fédération nationale des transports routiers, à cause de l’interdiction de circulation, ces entreprises perdent 90 millions d’euros par jour.

    Mais l’impact économique de la pollution de l’air n’est pas seulement un phénomène de pic de pollution comme nous connaissons en ce moment. Selon un rapport d’une commission d’enquête du Sénat, la mauvaise qualité de l’air est une aberration économique. Elle coûte chaque année  un peu plus de 100 milliards d’euros à la France, soit 30% de plus que le déficit de l’Etat.

    Quels sont les secteurs touchés ?

    Cette évaluation intègre les dommages sanitaires mais également les conséquences sur le bâtiment, l’écosystème et l’agriculture. On parle de maladies provoquées par la pollution de l’air, mais on parle peu des coûts économique qu’elles engendrent : hospitalisation, invalidité, absentéisme, perte de productivité. Selon le rapport des sénateurs, 650 000 journées d’arrêt de travail seraient prescrites chaque année à cause de la pollution. Les chiffres sont tout aussi inquiétants quant aux conséquences sur la production agricole ;  la pollution de l’air réduit en moyenne de 10% le rendement du blé en Île-de-France par rapport  à une région non polluée.
     
    Qu’est-ce qu’il faut faire pour réduire cette pollution ?
     
    La mesure la plus urgente est de mettre fin au diésel. il est responsable de 80% des PM10 dans l’atmosphère, ces particules très fines et très dangereuses pour la santé. La France connaît une anomalie dans ce domaine ;  60% du parc automobile est composé de véhicules diesel. On a privilégié ce carburant  sous prétexte de préserver l’industrie automobile française. Il faut donc supprimer au plus vite l’avantage fiscal accordé au gasoil et l'aligner sur celui de l’essence. Puis il faut augmenter les investissements verts en faveur du climat, mobiliser plus de financements pour la transition énergétique. Et sur ce point,  il y a du retard car les investissements verts ont stagné depuis 2013 en France.
     
    On a parlé de la France, mais quel impact économique a sur la planète la pollution de l’air ?
     
    Selon une étude récente de l’OCDE, si nous n’agissons pas, la pollution de l’air pourrait être catastrophique pour l’économie mondiale et la santé humaine. Elle pourrait entraîner jusqu'à 9 millions de décès prématurés par an d’ici 2060 et coûter 1% du PIB mondial soit quelque 2 400 milliards d'euros chaque année. Ces pertes de PIB seraient plus fortes en Chine, en Russie, en Inde et dans les pays d’Europe orientale, souligne l’étude. Ironie du sort, si on transformait ces pertes en investissements durables, on éradiquerait le chômage dans le monde.


    Sur le même sujet

    • France / Pollution

      Pollution: la météo n’arrange rien

      En savoir plus

    • France / Pollution

      Pollution: la météo n’arrange rien

      En savoir plus

    • Invité France

      Paris en proie au pic de pollution le plus intense en dix ans

      En savoir plus

    • France

      France: pic de pollution inédit à Paris

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.