GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: Ghana, les nerfs à vif

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Le Ghana qui retient son souffle dans l’attente des résultats de l’élection présidentielle. Le dépouillement est en cours. Les résultats des premières circonscriptions montrent que le président sortant John Mahama et son principal opposant Nana Akufo Addo sont « au coude à coude », souligne L’Observateur Paalga. « C’est avec une appréhension grandissante que les Ghanéens attendent les résultats », relève le quotidien ouagalais, qui plantait ainsi le décor hier soir : « si 24 heures après le début du scrutin rien n’était encore joué, le suspense était, quant à lui, à son comble ».

    Suspense donc, qui place les acteurs politiques ghanéens « face à leurs responsabilités, énonce Le Pays, au Burkina Faso toujours. Ils ont un lourd héritage à défendre : préserver l’image du pays ». Et cet autre quotidien ougalais prévient qu’aucun dérapage « ne sera toléré. Seul doit prévaloir l’esprit de fair-play. Car, comme on le sait, une élection, ce n’est pas la guerre, contrairement à ce que croient bien des politicards en mal d’inspiration », sermonne Le Pays.

    Voilà pourquoi le journal guinéen Le Djely en appelle à la Commission électorale qui, en pareilles circonstances, devra de nouveau faire parler son « sens de responsabilité pour ne pas remettre en cause le formidable acquis démocratique qui est celui du Ghana. Les compétiteurs, pour leur part, doivent demeurer lucides et fair-play en toutes circonstances. C’est à ce prix que le Ghana continuera à servir de référence et à séduire le monde », insiste Le Djely.

    RDC : l’église au secours de la concorde

    En RDC, l’Eglise catholique a lancé hier des négociations directes entre ceux qui ont signé l’accord repoussant l’élection présidentielle à 2018. Et les partis d’opposition qui ont refusé de prendre part à ces négociations. L’église s’efforce de trouver un terrain d’entente pour une transition pacifique jusqu’aux élections. A Kinshasa, Le Potentiel qualifie « d’œuvre utile » cette médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo, car elle vise à obtenir un « large consensus » politique pour des élections « apaisées ». Objectif, « éviter l’embrasement du pays », souligne ce quotidien kinois, un embrasement « dont personne ne sait mesurer exactement les conséquences. La date du 19 décembre étant très proche de nous, l’impératif d’un accord politique accepté par tous est de mise », enjoint Le Potentiel.

    De fait, la mission « s’annonce compliquée », prévient le site Internet d’information du Centre d’analyses et de stratégies, car cette médiation débute sur de « profondes divergences ».

    Cyber-espionnage : l’Afrique sur écoute
     
    Ces derniers documents, révélés par Edward Snowden, l’ex-consultant pour la NSA... les renseignements américains réfugié en Russie. Ils concernent l’Afrique. C’est en partenariat avec le site d’information The Intercept que le journal Le Monde a extrait des archives Snowden de nouvelles révélations sur les agissements des services de renseignement britanniques et américains qui ont mis « l’Afrique et les opérateurs de télécoms sous surveillance massive ».

    Le quotidien du soir souligne en Une que l’Afrique « a été la cible d’un espionnage général de leur part. Responsables politiques, économiques et militaires, représentations diplomatiques dans une vingtaine de pays du continent ont été mis sur écoute… au moins entre 2008 et 2011 ». Le Monde cite les noms de tellement de dirigeants africains dont pas une miette des conversations était ainsi perdue par les grandes oreilles spatiales anglo-saxonnes qu’il serait vains, ici, de tous les rapporter. Une vraie médiathèque ! Et le confrère signale aussi que les Britanniques « surveillent aussi le pré carré français », s’intéressant ainsi à des cibles telles que l’ambassade de France à N’Djamena, les groupes Total et Thales, sans omettre l’ancien directeur général de l’Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.