GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Avril
Jeudi 20 Avril
Vendredi 21 Avril
Samedi 22 Avril
Aujourd'hui
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L’agenda culturel africain du 25 décembre au 1er janvier 2017

    Un cliché du photographe Kudzanai Chiurai. Les œuvres de cet artiste zimbabwéen, réfugié en Afrique du Sud ont été présentées un peu partout dans le monde © Kudzanai Chiurai

    L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures.

     

    Dans l’agenda de la semaine du 26 décembre novembre au 1er janvier 2017, une exposition collective à la Goodman Gallery de Cape Town en Afrique du Sud. Une galerie d’art de référence qui propose depuis dix jours « Summer Show », une exposition mettant en avant 14 artistes. Certains sont photographes, d’autres dessinateurs ou peintres, tandis que d’autres encore utilisent plutôt la sculpture ou la vidéo pour s’exprimer.
     
    Est exposé notamment, un photographe devenu incontournable ces dernières années : Kudzanai Chiurai. Les œuvres de cet artiste zimbabwéen, réfugié en Afrique du Sud ont été présentées un peu partout dans le monde. En particulier cette année au festival de photographie de Lagos au Nigeria ou à Arles en France. Il propose, à Cape Town, des extraits de sa série Genesis. Ce sont des photos en couleur mise en scène. Il s’inspire de l’histoire de l’explorateur écossais Livingstone qui développa l’idée selon laquelle la religion chrétienne et le commerce amèneraient la civilisation en Afrique. Plusieurs symboles y font référence dans les photos de Kudzanai. Mais c’est surtout pour mettre en scène et rétablir ce que le projet colonial ne saurait détruire, à savoir le lien entre l'Afrique contemporaine et son passé.
     
    Autre artiste zimbabwéen vivant en Afrique du Sud et présent dans l’exposition : Gerald Machona. Avec lui nous sommes dans la performance. Il a travaillé avec le chorégraphe mozambicain Guiamba. Il met en scène, pour le dénoncer, le fait que dans les usines de vêtement du Cap en Afrique du Sud, un système d'heures de 55 minutes était utilisé : 55 minutes de production et 5 minutes de pause. Les artistes ont dessiné le rythme d'une machine à coudre pour assembler la danse et l'installation. Deux artistes à découvrir parmi d’autres jusqu’au 14 janvier à la Goodman Gallery de Cape Town.
     
    On reste en Afrique du Sud, mais cette fois en musique, pour le « Awesome Music Festival ». La troisième édition de ce festival se déroule mardi à Kwadukuza, ville de la région du KwaZulu Natal au Nord Est du pays. Plus de cinquante artistes sont programmés. A commencer par de grands noms.  En tête d’affiche en effet on trouve les Mafikizolo. Vous vous souvenez peut-être du titre célèbre  Happiness sorti en 2013.  Un duo qui cartonne avec de l’afro pop et qui puise ses influences dans des musiques traditionnelles sud-africaines comme le kwela et le marabi mais aussi dans le blues et le swing. A leurs côtés, 80 % des artistes programmés viennent de la région de Llembe. Ils sont à découvrir au Groutville Sports Grounds.

    En musique toujours, direction le Sénégal, à Dakar, pour les festivités de fin d’année. Les propositions notamment musicales ne manquent pas dans la capitale sénégalaise. En commençant par la soirée avec le mythique groupe de rap lancé au début des années 90, Daara J Family. Et ses deux membres fondateurs : Faada Freddy et N'Dongo D seront au Just 4 YOU demain soir.

    Musique aussi, mais pas seulement, avec le festival Bëccëgu Ndar Kamm à Saint Louis. C’est la 8e édition d’un festival de cultures urbaines organisé chaque année. Lancé à l’initiative du groupe de rap saint louisien, Ñuul Kukk et de l'association Jeunesse débrouillarde, il est co-organisé depuis 2012 avec une association française Echos d’en bas. Au programme, deux grands concerts gratuits, des master-classes, et des formations au DJING. C’est vraiment un moment pour faire connaître et promouvoir le hip-hop de Saint Louis, mettre en avant ses artistes, et transmettre un savoir-faire. Mais il y a aussi un volet social et sportif ; tournoi de foot, journée de don du sang, ou de sensibilisation à l’environnement. Ça se passe à Saint Louis et ça dure jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.