GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Emmanuel Macron estime que son homologue brésilien Jair Bolsonaro a «menti» sur ses engagements en faveur de l'environnement et a annoncé ce vendredi 23 août que dans ces conditions, la France s'opposait au traité de libre échange controversé UE-Mercosur. «Compte tenu de l'attitude du Brésil ces dernières semaines, le président de la République ne peut que constater que le président Bolsonaro lui a menti lors du Sommet (du G20, ndlr) d'Osaka», a déclaré l'Élysée, estimant que «le président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s'engager en matière de biodiversité».

    Dernières infos
    • La Chine impose de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d'importations américaines (gouvernement)
    • Syrie: les soldats turcs ne quitteront pas leur poste d'observation indique Ankara
    • Syrie: Poutine et Erdogan se disent d'accord pour «intensifier leurs efforts communs» à Idleb (Kremlin)
    • G7: Boris Johnson continuera de soutenir fortement l'accord nucléaire iranien (sources diplomatiques britanniques)
    • L'Irlande indique vouloir voter contre l'accord Union européenne-Mercosur si le Brésil ne protège pas l'Amazonie
    • Décès d'une Israélienne blessée dans une attaque en Cisjordanie
    • Un accord européen a été trouvé pour répartir les 356 migrants de l'«Ocean Viking»
    • Feux en Amazonie: «une situation d'urgence» qui doit être discutée au G7 (Merkel)
    • Paris: des migrants montent un campement au Parc de la Villette afin de «se rendre visibles», constate un journaliste de l'AFP
    • Poutine promet une «réponse symétrique» à l'essai d'un nouveau missile américain
    • Olivier Faure, premier secrétaire du PS, juge que le rassemblement de la gauche et des écologistes est «impératif» pour 2022
    • Trois Israéliens ont été blessés dans une attaque en Cisjordanie non loin d'une colonie juive (responsables)
    • Un Palestinien qui lançait des grenades vers Israël depuis Gaza a été blessé (responsables)
    • À bord d'«Ocean Viking», en mer depuis 19 jours, les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)
    • Syrie: les forces prorégime encerclent un poste d'observation turc non loin d'Idleb (OSDH)

    Etats-Unis: Donald Trump et les «faits alternatifs» contre les médias

    Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, à la Trump Tower de New-York, le 17 novembre 2016. REUTERS/Mike Segar

    Donald Trump n'a jamais porté les médias dans son coeur. On peut même affirmer que les rapports du nouveau président des Etats-Unis avec la presse sont exécrables. Cela s'est confirmé quelques heures à peine après son investiture, avec une première polémique sur le nombre d'Américains venus assister à sa prestation de serment !

    Au coeur de la polémique, on retrouve notamment Kellyane Conway, la conseillère de Donald Trump. C'est elle qui a contre-attaqué et accusé, à son tour, la presse d'avoir menti en disant que le buste de Martin Luther King, installé dans le bureau ovale par Obama, avait été retiré par Trump. Ce qui était effectivement faux, l'erreur a été corrigée un peu plus tard par le journaliste de Time Magazine qui en était l'auteur.
    Kellyane Conway, c'est LA femme à la tête de la campagne de Donald Trump, celle qui pour beaucoup est à l'origine de sa victoire.
    Elle avait été appelée en renfort quelques mois avant le scrutin pour modeler son image.
    Aujourd'hui, elle a été promue conseillère à la Maison Blanche. Carlotta Mortéo en fait le portrait.

    Du côté d'Haïti : le taux d’homicides dans le pays est bien inférieur à celui des autres pays de la région caribéenne et d’Amérique centrale. Mais, 15% des homicides commis dans le pays sont des lynchages, des meurtres commis par une foule contre un individu. La section droits humains de la Minustah, qui vient de publier un rapport sur ce phénomène, souligne que là encore l’impunité domine car les auteurs des violences ne sont jamais inquiétés par les autorités.
    C'est le dossier du jour signé Amélie Baron.
     


    Sur le même sujet

    • Etats-Unis

      L’administration Trump s’en prend à la presse et s’embourbe dans la polémique

      En savoir plus

    • Etats-Unis / Médias

      Maison Blanche: Trump cherche à éloigner les journalistes de la salle de presse

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Etats-Unis: quelles relations avec la presse pour le président Trump?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.