GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Mexique ratifie le nouveau traité de libre-échange avec les États-Unis et le Canada (officiel)
    • Mort d'Emiliano Sala: arrestation d'un homme pour homicide involontaire (police britannique)
    • L'ancien chef de l'ETA Josu Ternera arrêté à sa sortie de prison en vertu d'une demande d'extradition espagnole
    • Succession de Theresa May: Boris Johnson accroît son avance, Rory Stewart éliminé
    • France: fin du procès Balkany pour blanchiment et corruption, jugement le 18 octobre

    Essais cliniques: «Ils deviennent des cobayes à vie pour avoir le traitement»

    Une pharmacie au Caire, en Egypte. ©KHALED DESOUKI/AFP

    L'Egypte est aujourd'hui la deuxième destination privilégiée par les multinationales du médicament pour y réaliser des essais cliniques sur le continent africain, après l'Afrique du Sud. C'est ce que révèle une enquête publiée récemment par l'organisation Suisse Public Eye, en collaboration avec des ONG locales. On y apprend que l'instabiltié politique observée depuis la chute de Moubarak en 2011 et la crise économique qui a suivi, ont favorisé ce développement, les multinationales n'hésitant pas à tirer profit de ce contexte troublé pour recruter des cobayes à moindre frais ou qui ont le plus grand mal à se fournir en médicaments.

    Ayman Sabae, spécialiste en santé publique et membre de l'ONG Egyptian Initiative for Personal Rights. Il est l'un des auteurs de cette étude.

    « Il y a une multitude de centres de recherche académique et de centres hospitaliers universitaires où il y a un grand nombre de patients qui se rendent là-bas tous les jours et c’est très important pour pouvoir faire ses recherches où le recrutement des participants est quelque chose d’assez laborieux. Et puis cela coûte beaucoup moins cher parce que les salaires en Egypte ne sont pas aussi élevés qu’en Europe. Et puis la troisième raison, c’est que commme il y a beaucoup de problème endémique de santé publique, c’est très facile de trouver des patients que l’on appelle ‘des patients naïfs au traitement’, ce sont des patients qui n’ont jamais eu de traitement et l’on peut faire les tests en sachant que c’est leur premier traitement, et ça c’est très difficile à avoir dans d’autres pays (…).

    Certains y voient même une source d’apaisement pour le peuple : les médicaments sont disponibles pour les gens qui ne peuvent pas payer. Et cette mentalité est même présente au niveau des doyens des facultés de médecins et même parfois du ministère de la Santé.

    (...) La grande majorité des traitements testés en Egypte sont des traitements pour lutter contre le cancer mais il y a aussi des essais de médicaments pour lutter contre l’hépatite C, maladie endémique dans le pays (…).

    Quand les essais s’arrêtent, les compagnies pharmaceutiques sont normalement obligées de donner les médicaments aux patients qui ont participé aux essais mais ce n’est pas toujours le cas. On leur promet parfois de participer à d’autres essais et ainsi ils pourront continuer à recevoir leur traitement. Ils deviennent alors des cobayes à vie pour avoir leur traitement. Ce n’est pas un choix qui correspond aux critères d’un choix informé. Le patient n’a pas vraiment le choix. »

    Prochaine émission

    Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

    Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire
    La Côte d'Ivoire est l'un des pays africains où les homosexuels peuvent être aussi victimes de discrimination et de violences. Pour lutter contre cette stigmatisation, un travail de sensibilisation est mené. Notamment par l'association Alternative Côte (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.