GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le blé français s'exporte mieux que prévu sauf en Afrique

    Un champ de blé dans la vallée de la Loire en France. Getty Images

    Malgré sa très maigre récolte, la France exporte beaucoup plus de blé que prévu. Sauf en Afrique.

     

    Le blé français s’exporte mieux que prévu... sauf en Afrique. La France, jusqu’à présent premier exportateur européen, n’a récolté que 28 millions de tonnes de blé meunier en 2016. Trop de pluie au printemps dernier, puis la sécheresse : la production française a été réduite d’un tiers, la qualité du blé français s’en est aussi ressentie.

    Alors bien sûr les exportations ont chuté, pas tant en Europe, elles sont stables à plus de 6 millions de tonnes : beaucoup de blé meunier est passé en qualité fourragère, pour le bétail. Et l’on sait en Europe travailler des blés de moindre qualité pour faire du pain.

    Des exportations rendues à 4,8 millions de tonnes hors Europe

    En revanche, les exportations françaises hors d’Europe, vers les pays tiers, ont été plus que divisées par deux, selon FranceAgriMer, à 4,8 millions de tonnes. Parmi les premiers acheteurs de blé français, l’Algérie a importé moitié moins, 1 million de tonnes, l’Afrique au sud du Sahara en a commandé un tiers de moins (moins de 800 000 tonnes). Les clients du continent africain réclament un type de blé panifiable bien précis pour leur farine, la France n’en disposait pas suffisamment, alors ils se sont tournés vers les concurrents européens, l’Allemagne, la Roumanie, les pays baltes, pour en obtenir.

    Malgré ces grands problèmes de quantité et de qualité, la France est finalement parvenue à exporter plus de blé que prévu sur cette première moitié de campagne. Avantagé par la baisse de l’euro face au dollar et au rouble, le blé français est resté compétitif par rapport au blé américain ou russe. Et il n’a pas été entravé par les grands froids qui ont immobilisé les ports russes. C’est ce qui explique la commande surprise du Yémen au cours des deux derniers mois, ce qui porte à 660 000 tonnes les expéditions de blé français vers ce pays de la péninsule arabique.

    Le rythme des exportations françaises et européennes de blé est même considéré par les analystes comme un peu inquiétant, étant donné la faible disponibilité de grains en France et en Europe.

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.