GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Interpol: le Sud-Coréen Kim Jong-yang élu président de l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC)
    Dernières infos
    • Japon: Carlos Ghosn maintenu en détention pendant dix jours selon l'agence de presse japonaise Kyodo

    Pologne: le gouvernement s’en prend au musée de la Seconde Guerre mondiale

    La ville de Gdansk. Robin Hamman

    En Pologne le gouvernement s’attaque au musée de la Seconde Guerre mondiale à Gdansk. Avant même l'ouverture au public d'une exposition consacrée au sort des civils dans le monde entier, le pouvoir conservateur polonais va écarter le directeur du musée, Pawel Machcewicz. Il est reproché à l'édifice de ne pas être assez patriotique.

    Avec notre correspondant en Pologne,

    Les autorités estiment que le musée devrait présenter le point de vue polonais sur la Seconde Guerre mondiale, montrer la Pologne en martyr, insister sur l’héroïsme des résistants pendant l’insurrection de Varsovie, celui des cavaliers polonais s’écrasant sur les chars allemands ou encore le massacre de 20 000 officiers polonais par la police communiste à Katyn en Russie. Des thèmes vus et revus dans les manuels scolaires en Pologne. Au lieu de ça, le musée vous transporte des propagandes hitlériennes et staliniennes à la vie quotidienne des juifs en Pologne avant de montrer les horreurs de l’Holocauste et l’avènement de la bombe atomique. Un panorama international de la guerre, où le sort des civils quelle que soit leur nationalité est le fil conducteur.

    Le ministre de la Culture polonais a pris des mesures pour écarter le directeur du musée.

    Pawel Machcewicz quitte ses fonctions le 1er février 2017. Cela n’a pas été facile pour le pouvoir de le licencier. Dans un premier temps, le gouvernement a lancé une campagne pour discréditer le directeur. Le vice-ministre de la Culture a récemment rappelé que le musée qui devait coûter 84 millions d’euros va finalement en coûter 105, qu’il devait être ouvert en 2014 et qu’il ne l’est toujours pas officiellement, et que huit appartements y ont été construits pour héberger la direction. Le directeur dément fermement cette dernière information, précisant que les appartements seront loués aux touristes. Finalement, le gouvernement a trouvé la faille. Il a décidé de fusionner le musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk avec celui de Westerplatte, un autre musée qui n’existe pour le moment que sur le papier. Un tribunal a donné son feu vert il y a quelques jours et par conséquent comme une nouvelle structure a été créée, le ministère de la culture a le droit de nommer un nouveau directeur. Ce sera sans aucun doute un proche du pouvoir.

    Que va-t-il advenir du musée et de son exposition ?

    Le musée devait être officiellement inauguré dans quelques semaines - il avait déjà bénéficié d'une journée portes ouvertes au musée le weekend dernier - mais son avenir s’écrit désormais en pointillé. Pas question selon le nouveau pouvoir de le détruire. En revanche, le désormais ancien directeur du musée pense que le ministère de la Culture va vouloir changer l’exposition pour une autre plus patriotique. Il explique toutefois que cette dernière est protégée par les droits d’auteur et qu’il y aura des poursuites judiciaires si elle est modifiée. Toute cette histoire illustre une nouvelle fois la purge effectuée par le pouvoir conservateur dans tous les organes de la vie publique polonaise. Le musée de la Seconde Guerre mondiale est un projet lancé par l’ancien premier ministre Donald Tusk en 2008. Dans la mentalité actuelle du pouvoir polonais, il fallait l’arrêter. C’est malheureusement chose faite.


    Sur le même sujet

    • Pologne

      Pologne: des experts confirment que Lech Walesa était un agent communiste

      En savoir plus

    • Reportage International

      La liberté de la presse au cœur de la crise parlementaire en Pologne

      En savoir plus

    • Reportage International

      Les travailleurs nord-coréens de Pologne

      En savoir plus

    • Pologne

      Pologne: la rentrée parlementaire tourne court

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Asli Erdogan, au nom de la parole emprisonnée

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.