GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les Philippines stoppent la moitié de leur production de nickel

    Du nickel à l'état brut. Getty Images/Gilliane Tedder

    Les Philippines, premier pays exportateur de nickel au monde, décident d'arrêter la production de 28 mines, pour des raisons environnementales.

    Les Philippines décident de stopper la moitié de leur production de nickel. Ce qui pourrait doper davantage les cours du métal (de moins de 8 000 dollars en février la tonne est passée à près de 10 500 dollars ce jeudi, mais on est encore loin des 23 000 dollars de 2011).

    Depuis l'arrivée de Rodrigo Duterte à la présidence de l'archipel asiatique, il y a six mois, une quarantaine de mines étaient soumises à un audit pour savoir si elles respectaient l'environnement. Le verdict est tombé à Manille : 23 mines devront fermer, cinq sont suspendues. Elles menaceraient l'eau et les forêts.

    Il s'agit en quasi-totalité de mines de nickel, développées à la va-vite aux Philippines depuis 2014, lorsque l'archipel voisin, l'Indonésie, a mis fin à ses exportations de minerai non raffiné.

    Les Philippines sont en deux ans devenues le premier fournisseur mondial de minerai brut de nickel pour l'acier inoxydable chinois. Mais au prix d'un développement minier anarchique. « Le même phénomène s'était produit en Malaisie avec la bauxite, rappelle Christian Hocquard, économiste des métaux, lorsque l'Indonésie avait là encore cessé d'exporter du minerai brut. » Les autorités de Kuala Lumpur avaient elles aussi fini par fermer certains gisements trop polluants.

    Si les autorités de Manille parviennent à leur tour à mettre en œuvre leur décision, c'est 10% de la production mondiale de nickel qui pourrait être retirée du marché, déjà en déficit depuis l'an dernier.

    Mais la Chambre philippine des mines a déjà réagi : les compagnies minières vont faire appel. Par ailleurs « la plupart des gisements sont aux mains de petites sociétés difficiles à contrôler, il pourrait y avoir de la contrebande de nickel vers la Chine », estime l'expert Didier Julienne.

    « Si la décision de Manille est psychologiquement une bonne nouvelle pour les prix du nickel », au profit de productions plus propres, comme en Nouvelle-Calédonie, « l'interdiction risque de ne pas réduire tant que cela les volumes exportés vers la Chine », où le minerai philippin de faible teneur est mélangé à la fonte de nickel indonésienne, de meilleure qualité désormais, pour produire de l'inox chinois.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Nickel: l’impact du revirement indonésien

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le nickel, poumon essouflé de l'industrie minière de Nouvelle-Calédonie

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Allemagne: réunion à Berlin sur la durabilité de la filière cacao

    Allemagne: réunion à Berlin sur la durabilité de la filière cacao
    Berlin accueille (les mercredi 23 et jeudi 24 octobre 2019) un rendez-vous des acteurs du Cacao, organisé par la World Cocoa Foundation, autour de la durabilité de la filière où seront présents des représentants des gouvernements des pays producteurs, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.