GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    En France l'agriculture bio bondit, mais reste fragile

    Un stand de vente de fruits et légumes bio, au marché situé boulevard des Batignolles, à Paris. Getty Images/Patrick Escudero

    En France la consommation de produits issus de l'agriculture biologique a progressé de 20 % en un an. Les agriculteurs se convertissent massivement mais leur trésorerie reste fragile.

     

    Ce n'est pas un hasard si la mascotte du Salon de l'agriculture qui ouvrira ses portes samedi à Paris est une vache bio - une Bretonne Pie noire. En France, la consommation de produits issus de l'agriculture biologique a bondi de 20% en un an. C'est le secteur le plus dynamique de l'économie française. Le marché a plus que triplé en dix ans, il pèse aujourd'hui pas moins de 7 milliards d'euros.

    Pour y répondre, la France part de loin, avec seulement 6% de ses surfaces agricoles en bio, contre plus de 20% en Italie. Mais elle est tout de même le premier producteur de poulet de chair bio d'Europe. Le secteur agricole et agroalimentaire français se convertit massivement, une croissance annuelle à deux chiffres des surfaces et des fermes bio, mais aussi de la transformation et des réseaux de distribution spécialisés.

    Des consommateurs soucieux de leur santé et de l'environnement

    La vogue est telle auprès des consommateurs, avant tout soucieux de leur santé et de la préservation de l'environnement, que la rémunération des produits reste supérieure pour les agriculteurs, confrontés dans le secteur conventionnel à des prix de vente qui ne couvrent plus leur coût de revient, étant donné la surproduction agricole mondiale actuelle.

    L'engouement est particulièrement frappant dans la production laitière, où la conversion a progressé de 35% ! Mais il ne faudrait pas, se plaignent les nouveaux agriculteurs bio, que tous leurs efforts soient ruinés parce que les aides à la conversion tardent à être versées.

    Privilégier le local

    Cette conversion exige deux à trois ans de délais avant de se traduire par un revenu amélioré. D'autre part la météo a raréfié l'herbe, menu imposé aux vaches laitières bio. C'est pourquoi les supermarchés français ont connu une véritable pénurie de lait bio au cours des derniers mois.

    Les enseignes ont préféré laisser les rayonnages vides plutôt que d'importer du lait bio des pays voisins, sachant que la consommation est 100% locale pour le lait bio, les oeufs bio et quasiment toute la viande. 

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.