GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Aujourd'hui
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Erdogan veut écrire avec Trump une «nouvelle page» des relations turco-américaines
    • Brexit: Londres doit d'abord régler son divorce avec l'Union européenne avant de discuter commerce (Tusk)
    • Bangladesh: quatre jihadistes présumés se sont fait exploser dans leur cache assiégée depuis 24 heures par les forces de sécurité (police)

    Les ambitions du soja en France

    ©Ricardo Cappellaro/gettyimages

    En France, la filière du soja s'organise pour remplacer les importations de soja non OGM du Brésil.

    Grand producteur de blé, la France va-t-elle devenir un important producteur de soja? Très loin des superficies des Etats-Unis ou du Brésil, la filière soja française n'en affiche pas moins de grandes ambitions : elle veut augmenter les surfaces de 100 000 hectares en moins de 10 ans (de 150 000 hectares aujourd'hui à 250 000 hectares en 2025), augmenter les capacités de trituration des graines et définir une charte de qualité du soja français d'ici l'automne.

    Le soja cultivé en France est non OGM, et c'est justement sa chance. Le consommateur français mange des quantités croissantes de soja pour remplacer la viande ou le lait. Et la viande qu'il mange, il apprécie de plus en plus qu'elle provienne d'un élevage nourri sans OGM - un étiquetage lui permet de le savoir en France depuis 2012. Problème : le soja cultivé sur la planète est majoritairement transgénique, en particulier au Brésil, source principale des importations françaises de tourteaux de soja pour les élevages de l'Hexagone, soit 3 millions et demi de tonnes par an. Le Brésil cultive bien encore un peu de soja non OGM, mais faire venir un demi-million de tonnes de tourteaux non OGM brésiliens en France demande une logistique séparée, ce qui signifie un surcoût de 20% pour les fabricants français d'aliments du bétail.
     
    Il suffisait donc d'un coup de pouce pour que le soja non-OGM cultivé en France devienne compétitif. En 2014, le gouvernement lance le plan Protéines pour encourager l'essor des oléo-protéagineux dans l'Hexagone, ce sont les légumineuses comme le lin, le lupin, les pois, les féveroles et le soja.
     
    En deux ans les surfaces de soja doublent en France, principalement dans le Sud-Ouest. Le Gers est devenu le premier département français pour la culture de cette légumineuse, qui exige moins d'engrais azotés qu'une autre plante et dont le prix de vente reste stable. Le soja reste encore une culture de niche, mais il côtoie de plus en plus le maïs dans la Toscane française.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.