GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
Aujourd'hui
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Bruxelles accueille favorablement les concessions de Gazprom

    Le géant gazier russe Gazprom. AFP/Vasily Maximov

    La Commission européenne est favorable à un abandon des poursuites contre Gazprom, après les garanties offertes par le géant gazier russe. Mais les Etats de l’Union européenne pourraient en décider autrement.

    La menace de lourdes sanctions européennes s’éloigne du géant gazier russe Gazprom. Depuis cinq ans, l’opérateur russe était accusé d’abus de position dominante dans huit Etats d’Europe centrale et orientale, très dépendants à l’époque du gaz russe. En cloisonnant ces différents débouchés européens les uns des autres, Gazprom avait pu imposer ses conditions sur les prix et les infrastructures gazières de ces pays, cinq s’étaient plaints d’avoir été indûment surfacturés.

    Mais après cinq ans de bras de fer, un accord à l’amiable se dessine. Gazprom a revu la copie de ses contrats en Europe de telle manière que la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, se dit satisfaite des concessions du fournisseur russe. Gazprom accepte que soient renégociés les tarifs de ses contrats à long terme en cours de route. L'opérateur ne s’oppose plus à ce que ses clients réexportent le gaz russe aux voisins.

    Le compromis n’intervient pas par hasard, juge Thierry Bros, expert des marchés gaziers : « Gazprom a de lui-même baissé ses tarifs l'an dernier, face à la concurrence » du gaz naturel liquéfié du Moyen-Orient, d'Australie ou des Etats-Unis. La production gazière européenne déclinant inexorablement aux Pays-Bas, l'Europe n'a jamais autant importé de gaz russe qu'en 2016 ! « Il est donc difficile de taper sur Gazprom ». Même si ses tarifs, indexés sur le pétrole, repartent actuellement à la hausse, avec quelques mois de retard par rapport au brut.

    La Commission n'a pas pour autant dit son dernier mot, elle doit attendre encore trois semaines les observations des huit Etats européens plaignants, qui de la Lettonie à la Pologne et à la Bulgarie, en passant par la République tchèque, ne voient pas d'un très bon œil la clémence de Bruxelles, ils lui reprochent de faire deux poids deux mesures après sa sévérité contre les géants de l'informatique. Quoi qu'il en soit, si Gazprom venait à ne pas respecter ses engagements, la sanction tomberait sur le géant gazier russe : une amende de plus de 8 milliards d'euros, 10% de son chiffre d'affaires.


    Sur le même sujet

    • Géopolitique, le débat

      Géopolitique du gaz en Europe

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Commission européenne et Gazprom enterrent la hache de guerre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'arme gazière de la Russie s'émousse en Europe

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Georgie: le retour éventuel de Gazprom, une stratégie pro-russe?

      En savoir plus

    • Russie /Turquie / Gaz

      La Russie et la Turquie signent le projet de gazoduc TurkStream

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.