GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le retour au franc affectera les ménages modestes selon Terra Nova

    La sortie de l'euro entraînerait une dévaluation du franc de 15 à 20 %. Getty Images/Contributeur

    La sortie de l'euro, point phare du programme du parti d'extrême-droite. Utilisée pour séduire les classes populaires, elles en seraient les principales victimes d'après le think tank Terra Nova.

    Dans sa dernière note, le centre de réflexion proche du parti socialiste retient le scénario le moins catastrophique, où la France se retirerait de la monnaie unique, mais pas ses anciens partenaires européens. Cette sortie entraînerait une dévaluation du franc de 15 à 20 %. Première conséquence : les biens importés coûteront plus cher pour les Français, dont 15 % des achats sont des produits et services importés.

    Bien sûr, l’ardoise sera plus salée pour les ménages les moins riches. Terra Nova estime qu’un salarié touchant le SMIC perdra entre 90 à 152 euros par mois de pouvoir d’achat. 

    Ce n’est pas tout, selon Terra Nova, les petits épargnants devraient aussi pâtir de la mesure
     
    Les fonds d’assurance-vie en euros, dont sont friands les employés, mais aussi les agriculteurs français risquent de perdre de leur valeur si les taux obligataires s’envolent dans la perspective d'une sortie de l’euro. C’est mécanique. Et ça peut faire mal si tous les détenteurs d’assurance-vie décident en conséquence de retirer massivement leur épargne. Un scénario catastrophe auquel peut-être les assureurs pensent sérieusement aujourd’hui.

    La dévaluation du futur franc devrait peser sur les dépenses publiques aussi
     
    Terra Nova imagine les effets d’une dévaluation sur les administrations. L’hôpital devra payer plus cher les médicaments. Pour compenser cette augmentation, l’État devra mettre la main à la poche, en augmentant les impôts par exemple. L’impact sur les ménages ne tarderait alors pas à se faire sentir. Et on serait loin des promesses du FN de baisser l’impôt sur le revenu.
     
    La dévaluation va entraîner, toujours selon Terra Nova, une hausse de la dette publique
     
    Terra Nova prédit aussi que le refinancement sur les marchés sera encore plus coûteux à l’avenir pour la France si le FN appliquait son programme. 30 à 54 milliards d’euros en plus par an, selon le scénario concocté par Terra Nova. Un scénario similaire à celui imaginé par l’Institut Montaigne, un think tank moins marqué à gauche, disons.
     
    Quelle que soit la vraisemblance des différents scénarii, on peut dire que la perspective de voir le FN au pouvoir est sérieusement étudiée par les acteurs du marché
     
    À l’image du choc du Brexit ou celui de l’arrivée de Donald Trump au pouvoir aux États-Unis, le marché tente de voir venir le coup. D’après le Financial Times, gestionnaires de fonds, représentants de grandes banques et même diplomates étrangers sont venus voir les responsables du parti d’extrême droite ces dernières semaines. UBS, BlackRock, et Barclays auraient ainsi envoyé des représentants à la rencontre du FN.

    L’un des lieutenants de la candidate, Bertrand Dutheil de la Rochère, explique que ces responsables sont venus discuter du projet du parti de sortir la France de l’euro et de sa politique d’immigration. D’après Thomas Guénolé, maître de conférence à Sciences Po interrogé par le journal américain, cela ne signifie pas que ces acteurs du marché donnent nécessairement du crédit au programme économique du Front national. Mais sans doute plus, cet intérêt démontre la crainte qu’il suscite.


    Sur le même sujet

    • Débat du jour

      Faut-il quitter l'euro pour relancer l'Europe?

      En savoir plus

    • Ici l'Europe

      Pierre Moscovici plaide pour un réveil des Européens

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      Le «non» des Italiens, un défi à la zone euro

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.