GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le gouvernement espagnol «se place hors de l'Etat de droit», dit Carles Puigdemont
    • Espagne: le président séparatiste Carles Puigdemont appelle le Parlement à se réunir pour débattre des mesures prises par Madrid

    Les fonds d’investissement dédiés aux PME africaines se multiplient

    Le logo de l'Agence française de développement Proparco vient d'apporter 7 millions de dollars à Oasis capital qui elle va financer les PME du continent africain. DR

    C'est le véritable sacerdoce des petites et moyennes entreprises africaines : trouver des financements. Et pourtant, ces PME représentent l'immense majorité du tissu économique africain. Manque d'informations fiables, petites trésoreries, lacunes en gestion... les investisseurs considèrent les PME africaines comme trop risquées. Malgré cela, le secteur du capital investissement en Afrique s'est largement développé. En 10 ans, plusieurs centaines de fonds d'investissement ont vu le jour. Ils ont levé près de 14,5 milliards de dollars en 2008 et 2014 et beaucoup se tournent maintenant vers le financement de PME.

     

    XSML est un fonds d'investissement né en 2008. Il soutient des PME en Afrique centrale. Il y a quelques années, XSML a investi dans une clinique de Kinshasa en RDC. Un pari gagnant : l'établissement a multiplié par huit ses revenus qui tournent aujourd'hui autour du million de dollars. 
     
    « Ils ont déjà remboursé une partie de leur dette, se réjouit Barthout van Slingelandt associé chez XSML. La valeur de nos actions est assez élevée. Environ deux ans après l'investissement, on était déjà capable de distribuer des revenus à nos investisseurs. En RDC, il y a des opportunités. Si on améliore une structure déjà existante en lui donnant des moyens financiers, on peut bâtir quelque chose de bien mieux pour des prix abordables. Il y a un marché car il y a une demande que l'on peut satisfaire avec un meilleur service. »
     
    Cibler des secteurs
     
    Oasis capital est un fonds ghanéen qui opère également en Côte d'Ivoire. La structure espère lever 50 millions de dollars cette année pour financer des PME dans les secteurs de la santé, de l'éducation, des services financiers ou encore de l'immobilier.
     
    « Les PME sont d'une manière incontestable, le chaînon manquant du développement économique des pays africains, explique Malick Ouattara, associé ivoirien. C'est la cible qui permet d'avoir un effet multiplicateur au niveau de la croissance. On est conscient des réalités, de l'informel qui est un problème majeur sur le continent. Notre philosophie, c'est donc d'apporter non seulement du capital mais aussi de l'accompagnement opérationnel. Cela signifie aider ces entreprises à se structurer, à être viables, à être reconnues par les autorités compétentes et en faire des champions locaux dans leurs domaines respectifs. »
     
    Rentabilité
     
    Proparco, filiale de l'Agence française de développement vient d'apporter 7 millions de dollars à Oasis capital. Soutenir les PME est une condition sine qua non pour développer le continent, mais c'est aussi rentable, selon Anne-Sophie Rakoutz, responsable des fonds propres et des participations chez Proparco.
     
    « Les micro-entreprises et les PME sont une forme d'organisation qui est dominante dans le monde et qui représente les deux tiers des emplois. Ce sont aussi des structures qui malgré leur fragilité disposent aussi d'une certaine flexibilité qui leur permet d'être innovantes dans leurs offres de services. La difficulté pour les fonds de PME, c'est qu'effectivement avec le poids des coûts, l'investissement dans des sociétés de petite taille ne permet pas toujours de les absorber. Mais globalement, les rendements sont satisfaisants pour un investisseur financier. »
     
    D'après la dernière étude du cabinet McKinsey, les fonds d'investissement dédiés aux PME africaines ont été multipliés par 10, en 10 ans.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.