GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Madagascar: la récolte de vanille menacée après le passage d’Enawo

    L’an dernier, le prix de la vanille de Madagascar, a doublé, pour atteindre 500 dollars le kilo, contre à peine 20 dollars le kilo en 2010. RIJASOLO / AFP

    Le cyclone Enawo qui a ravagé, la semaine dernière, l’île de Madagascar, tuant 78 personnes, pourrait avoir un impact sérieux sur la culture de la vanille, dont Madagascar est le premier producteur mondial.

     

    Jusqu’à 30% de la récolte de vanille serait endommagée ou détruite, par la pire tempête, qu’ait eu à affronter Madagascar, ces treize dernières années. Le cyclone s’est déchaîné sur l'île, au pire moment, pour la culture de la vanille.

    Le commerce mondial de cette épice qui pèse, aujourd’hui, un milliard trois cents millions de dollars par an, est déjà à flux tendu. Les prix sont à un niveau record, en raison d’approvisionnements mondiaux, très serrés.

    L’an dernier, le prix de la vanille de Madagascar, a doublé, pour atteindre 500 dollars le kilo, contre à peine 20 dollars le kilo en 2010. A titre de comparaison, le kilo de cette épice en Papouasie-Nouvelle-Guinée est à 210 dollars.

    Les exportateurs de vanille de l’île redoutent, que les cultivateurs commencent à récolter, leur production avant maturité. Cueillies trop tôt, séchées artificiellement, les gousses perdent, en effet, de leur qualité.

    Avec des prix élevés et une production de mauvaise qualité, la saison s’annonce catastrophique. Ile pauvre de l’océan indien, Madagascar assure plus de 80% de la production mondiale de la vanille. Pour bon nombre de spécialistes, il faut, donc, s’attendre à ce qu’il n’y ait pas assez de vanille, pour répondre à la demande mondiale.
     

    Une mauvaise saison va, également, priver la population malgache de son principal revenu. La filière emploie directement 200 000 personnes, à cela il faut ajouter les emplois indirects.

     

    En 2015, l’île a tiré plus de 300 millions de dollars de recettes du commerce de la vanille.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le géant du cacao Barry Callebaut se lance dans la vanille malgache

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      A Madagascar, la vanille blanchit le bois de rose et perd en qualité

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les prix de la vanille ont doublé à Madagascar

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.