GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Un parc éolien sur une île en Mer du Nord: l'impact écologique en question

    Par
    Eoliennes (photo d'illustration) DR

    Une île artificielle entourée d’éoliennes en Mer du Nord. C’est le projet gigantesque d’entreprises danoises et hollandaises. Les opérateurs de réseaux de transport d’électricité danois Energinet et hollandais Tenne T ont signé un accord à Bruxelles, jeudi 23 mars, lors du forum des énergies en Mer du Nord. Les entreprises vont chercher les financements pour mettre en œuvre ce projet, mais certaines associations mettent en garde sur l’impact environnemental de ce projet.

    avec notre correspondant à Copenhague, Fabien Vallée

    7 000 éoliennes autour d’une île faisant la taille d’un terrain de foot. Un parc éolien aussi grand que la superficie du Qatar, situé au niveau du « Dogger bank », un immense banc de sable, en plein milieu de la Mer du Nord, situé à environ 20 mètres sous le niveau de l’eau.

    L'endroit a été choisi pour trois raisons. Du fait des eaux peu profondes, l’installation sera plus facile et coûtera moins cher. D'autre part le vent y souffle extrêmement fort. Idéal pour l’énergie éolienne. Enfin, le parc est au centre d'un bassin de plusieurs pays européens.

    A quoi servira cette île ?

    L'île va permettre de centraliser l’énergie produite par les éoliennes. Le centre de distribution de l’île sera relié à différents parcs éoliens dans les pays voisins.
    L’électricité sera acheminée et distribuée vers le Danemark, les Pays-Bas, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Norvège et la Belgique.

    Objectif : fournir de l’énergie à 80 millions de personnes. La construction de cette île, juste du sable et de la roche, s’élève à plus d’1 milliard d’euros. Torben Nielsen, le directeur technique d’Energinet, nous disait que ce parc éolien, le plus grand du monde, permettrait à la fois d’avoir de l’électricité moins cher, et pour l’Union européenne, d’atteindre son objectif de réduction d’émission de CO2 pour atteindre le même niveau qu’en 1990.

    Certaines associations s’inquiètent de son impact environnemental

    L’île serait bâtie sur une zone Natura2000, c’est-à-dire une zone protégée. De nombreuses espèces animales y vivent, aussi bien des poissons que des mammifères marins. C’est un lieu de passage très fréquenté par certains oiseaux et poissons, déjà très menacés par le réchauffement climatique et la surpêche. Les responsables du projet précisent qu’ils mèneront des études pour avoir le moins d’impact négatif possible, mais certaines associations mettent en garde. WWF, une organisation de protection de l’environnement, dénonce la construction de cette île. Elle la trouve inutile voire dangereuse car trop invasive.

    Thomas Kirk Sorenson, responsable du programme pour la conservation des océans au sein de l’ONG, pense qu’il y a d’autres solutions possibles comme la construction de plateformes par exemple. Il s’inquiète de l’expansion du projet car Tenne T et Energinet évoquent la construction ultérieure de trois îles par la suite. Selon lui, ce serait laisser la porte ouverte à la croissance bleue au détriment de l’environnement marin.


    Sur le même sujet

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.