GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les agriculteurs européens dénoncent la concurrence déloyale du bio importé

    Production bio de fruits au Mesnil-sous-Jumièges en Seine Maritime. RFI/Sayouba Traoré

    Les agriculteurs européens rejoignent le mouvement des producteurs antillais de banane. Ils demandent que les produits bio importés soient soumis au même cahier des charges pour pouvoir obtenir le label bio européen.

    La campagne coup de poing des producteurs antillais de banane contre le bio des pays tiers fait des émules, en Europe. Les coopératives agricoles européennes demandent à leur tour que Bruxelles impose aux produits bio importés un cahier des charges conforme au leur, et pas seulement équivalent. Une équivalence qui aboutit, dans la banane, à l'usage de produits phytosanitaires interdits dans l'Union européenne. Mais bien d'autres productions agricoles devraient être soumises aux mêmes exigences qu'en Europe, juge Caroline Ducourneau, directrice de la Fédération française des coopératives de fruits et légumes, Felcoop.

    « Tous les produits, que ce soit la tomate qui est faite au Maroc ou en Tunisie, on demande que les cahiers des charges soient exactement identiques. Toutes les coopératives de Felcoop ont des productions bio et sont engagés dans le bio. Coop de France soutient ce principe et représente beaucoup de producteurs bio au-delà des fruits et légumes, que ce soit dans la viande, les métiers des grains, tous métiers confondus. »

    Les coopératives espagnoles et italiennes très puissantes dans le bio donnent également de la voix, mais aussi les coopératives belges, elles ont vu débarquer cet hiver des salades iceberg bio des Etats-Unis dotées elles aussi par équivalence du label bio européen.

    En France, la Fédération nationale de l'agriculture biologique, la FNAB, demande elle aussi que le cahier des charges européen s'applique aux produits importés. Pour l'instant, explique Stéphanie Pageot sa présidente, on s'oriente après vers un compromis qui ne la satisfait pas : la conformité serait exigée pour les nouveaux produits étrangers labellisés bio, mais rien ne changerait pour les produits des pays tiers déjà pourvus du label européen, dont la banane bio des pays tiers...


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La banane française dénonce le flou sur le bio importé en Europe

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Sénégal : difficile à obtenir, le label bio freine l’essor de la filière

      En savoir plus

    • Chronique Agriculture et Pêche

      Le baromètre Bio 2016

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales
    A neuf mois des municipales les chantiers urbains s'accélèrent en France. Ce qui entraîne des difficultés d'approvisionnement en granit et en bitume.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.