GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Migrants: «L'Europe a choisi l'efficacité au mépris des droits de l'homme»

    Des réfugiés érythréens dans un camp de migrants au Soudan. AFP /ASHRAF SHAZLY

    « S'appuyer sur les pays de départ pour tenter de stopper les migrants ». C’est le choix de l'Union européenne depuis le processus de Khartoum, en 2014. Un partenariat avec le Soudan d’Omar el-Béchir, pays de départ et de transit pour les migrants venus notamment de la corne de l'Afrique, partenariat encore renforcé l'an dernier. Suliman Baldo, conseiller « Enough Project » aux États-Unis pour le Soudan et la Corne de l’Afrique, est notre invité. Il vient de publier un rapport, Contrôle aux frontières de l'enfer.

    Dans ce rapport, Suliman Baldo dénonce le recours par Khartoum aux forces de soutien rapide constituées d'anciens miliciens janjawid qui sévissaient au Darfour au début des années 2000. Ces forces spéciales patrouillent aux frontières et se livrent aujourd'hui à des arrestations musclées de migrants de migrants.

    Suliman Baldo

    « ...Toute l’histoire de ces forces de soutien rapide, depuis leur création (2013) est ponctuée de massacres partout où elles se sont déployées. Que ce soit dans les campagnes du Darfour, ou bien maintenant dans leur rôle de gestion de l’immigration le long des frontières du Soudan avec l’Egypte et la Libye. C’est très troublant que l’Europe accepte que ces forces soient la force principale pour le renforcement de son accord avec le Soudan.
     
    Ces forces de soutien ont été officiellement intégrées à l'armée soudanaise début 2017. Elles sont autonomes au sein de l’armée, elles obéissent uniquement au chef de l’Etat Omar el-Béchir. Ce type de rapport est accompagné de carte blanche lorsqu’elles commettent des atrocités contre la population civile lors de ce type d’opération. Ces forces avec les forces régulières du Soudan ont tenu une grande conférence de presse dans le quartier général du ministre de la Défense et le point essentiel était de mettre la pression sur l’Union européenne pour qu’elle débourse davantage de fonds. Les chefs d’intervention rapide ont carrément fait du chantage en disant que si l’Union européenne ne soutenait pas ces forces d’intervention rapide, elles laisseraient les frontières ouvertes pour que les migrants puissent traverser (...). L'Europe a choisi l'efficacité au mépris de la question des droits de l'homme. »


    Sur le même sujet

    • Soudan / Union européenne

      UE: polémique autour d’un projet de centre de rétention pour migrants au Soudan

      En savoir plus

    • Soudan

      Soudan: l'Union européenne dément toute coopération avec les miliciens janjawids

      En savoir plus

    • Soudan / Erythrée

      Les arrestations de migrants érythréens se multiplient au Soudan

      En savoir plus

    • Afrique / Migrants

      Migrants: un rapport glaçant sur les filières au départ de l'Afrique

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.