GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017

    La zone euro en pleine forme

    Les experts de l'OCDE sont en mesure d'annoncer que la croissance est là pour durer dans les 19 pays de l'euro. REUTERS/Ralph Orlowski

    Le baromètre de l'OCDE est au beau fixe pour la zone euro. D'après les chiffres publiés hier la dynamique de la croissance est bien installée dans toute l'union monétaire.

    Ces chiffres relatent de ce qu'il va se passer dans la zone euro d'ici 6 à 9 mois à travers une batterie d'indicateurs dits avancés, comme le carnet de commandes des entreprises ou les intentions d'achat des consommateurs. Les experts de l'OCDE sont donc en mesure d'annoncer que la croissance est là pour durer dans les 19 pays de l'euro.

    Malgré l'incertitude qui pèse sur l'élection présidentielle française, les acteurs économiques sont donc confiants. Cela a de quoi surprendre puisque les marchés s'inquiètent d'une possible victoire de Marine Le Pen, la candidate de l'extrême droite hostile à l'euro. Mais l'optimisme des patrons ou des ménages n'est pas béat, il est alimenté par une nette amélioration de leur environnement économique. Un autre indicateur le confirme : l'indice PMI, qui nous renseigne sur l'humeur du secteur privé, a atteint en mars son plus haut niveau depuis six ans.

    La demande interne est le principal moteur de cette dynamique de croissance

    Les ménages et les entreprises accélèrent leurs achats pour éviter la hausse des prix au moment où le retour de l'inflation devient de plus en plus manifeste. Les taux d'intérêt toujours très bas soutiennent cette reprise de la consommation. Autre élément favorisant la demande : la fin de l'austérité. Ce n'est pas vraiment ressenti par les citoyens, mais c'est pourtant ce que constate Philippe Waechter.

    D'après l'économiste de Natixis, les politiques budgétaires sont dorénavant neutres, elles ne freinent plus l'activité, avec des différences d'un pays à l'autre. L'Italie est encore en petite forme tandis que l'Espagne est sur le point de retrouver son niveau de richesse d'avant la crise. La décrue du chômage continue. Là encore avec des écarts encore importants d'un pays à l'autre, l'Allemagne a un chômage très faible de l'ordre de 4 % et la Grèce très élevé de l'ordre de 23 %. Mais partout la reprise est manifeste et solide.

    Les multiples inconnues qui pèsent sur l'avenir de la construction européenne, le rejet de l'Europe n'ont-ils pas d'influence sur la bonne santé de la zone euro ?

    Étant donné que les discussions sur le Brexit n'ont pas encore vraiment commencé, le divorce ne se manifeste pas encore par un ralentissement des flux commerciaux entre la zone euro et le Royaume-Uni. L'Union monétaire poursuit donc son bonhomme de chemin, une récupération entamée il y a 5 ans, à son rythme, c'est-à-dire assez lentement si on compare avec le rythme de la reprise américaine.

    Si l'Amérique se referme, la zone euro va-t-elle en pâtir ?

    Si l'Amérique de Donald Trump fait le choix du protectionnisme, cela aura des conséquences négatives sur le monde entier. Et l'économie de la zone euro, même portée par la demande interne, n'y échappera pas.

    Avant de se préoccuper des risques externes sur lesquels ils ont peu de prise, les pays de la zone euro doivent d'abord surveiller de près ce qui est susceptible chez eux d'éteindre le moteur de la consommation. En l'occurrence, l'évolution des salaires. S'ils n'augmentent pas rapidement, le retour de l'inflation va bientôt écorner le pouvoir d'achat et remettre en cause cette belle trajectoire. La balle est donc dans le camp des patrons.
     


    Sur le même sujet

    • OCDE - G20

      Selon le chef de l’OCDE, la relance incombe aux gouvernements

      En savoir plus

    • Union européenne

      Lutte contre l’évasion fiscale: Malte demande à l’UE de ne pas se précipiter

      En savoir plus

    • Economie

      Les Français en majorité opposés à la sortie de l'euro

      En savoir plus

    • Economie

      Un nouveau billet de 50 euros plus sécurisé entre en circulation

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.