GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
Dimanche 25 Juin
Aujourd'hui
Mardi 27 Juin
Mercredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président français, qui recevait son homologue ukrainien Petro Porochenko à Paris, veut proposer à la Russie, à l'Ukraine et à l'Allemagne une série de mesures dont ces deux-là à l'occasion d'une nouvelle rencontre quadripartite fin juin ou début juillet. Il a par ailleurs assuré que la France ne reconnaîtrait pas l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie. M. Porochenko s'est déclaré «beaucoup plus optimiste» après cette rencontre.

    Le consentement en sexualité (Rediffusion)

    Le Prix Sakharov 2014 a été attribué, le 21 octobre 2014, au gynécologue congolais Denis Mukwege. Il est récompensé pour son travail auprès des femmes, victimes de viols et autres formes de violences sexuelles, lors de conflits armés, en RDC. © Radio Okapi/Archives

    L'âge légal de consentement aux relations sexuelles en France est de 16 ans. Comment éduquer les adolescents à la notion de consentement, dans l’appréhension de leur sexualité ? Doit-on qualifier de viol, l’absence de consentement ? Quelles en sont les conséquences ? Quelle éducation au consentement auprès des jeunes femmes sur le continent africain ?

    Avec :

    - Yaelle Amsellem-Mainguy, sociologue à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP)

    - Maître Nathalie Tomasini, avocate spécialisée dans les violences conjugales

    - Médard Depa, chargé de projet chez Humana people to people (HPP) Congo.

    Et un reportage témoignage d'Alice Milot sur le viol conjugal : Sophie (nom d'emprunt), 23 ans, en région parisienne, sans emploi, a accepté de témoigner.

    A l’issue de la plainte de Sophie, son agresseur a été jugé en comparution immédiate en décembre 2014 pour violences et non pour viol. Sophie n’avait pas fait les examens gynécologiques attestant de son viol (car elle a trop tardé à déposer sa plainte, et donc à se rendre chez un médecin). C’est sur ce principal motif que son ex-conjoint a été relaxé, malgré un casier judiciaire déjà accablant. Sophie n’a même pas obtenu d’ordonnance de protection de la part du juge.


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      Dr Denis Mukwege: en RDC, «beaucoup de victimes attendent la justice»

      En savoir plus

    • Priorité santé

      1. Viol conjugal

      En savoir plus

    • Priorité santé

      2. Viol conjugal

      En savoir plus

    • France / Justice

      La France s’attaque au tabou du viol conjugal

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Quand les femmes font de leur voix un atout

    Quand les femmes font de leur voix un atout
    La voix raconte tout de nous, et elle peut également trahir nos émotions. Elle dit ce que les mots s’efforcent de taire. Comment mettre en valeur sa voix ? Comment vaincre son trac ?  
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.