GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Aujourd'hui
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au moins 20 personnes ont été tuées ce vendredi 26 mai en Egypte dans l'attaque par des hommes armés d'un bus transportant des chrétiens, ont indiqué des responsables et la télévision d'Etat. Cette attaque, qui a eu lieu dans la province de Minya, au sud du Caire, intervient un mois et demi après des attentats contre deux églises coptes, qui avaient fait 45 morts et avaient été revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique.

    L'écrivain albanais Ismail Kadaré

    Ismaïl Kadaré. © J. Foley / OPALE / Editions Fayard

    Ismail Kadaré est né en 1936 à Gjirokastër, dans le sud de l’Albanie.
    Son premier roman publié en 1963, Le Général de l'armée morte, est celui qui le fera connaître dans son pays et à l'étranger. Ayant rompu avec le régime de Tirana, Ismail Kadaré obtient l'asile politique en France, en octobre 1990. Depuis quelques années, il vit entre la France et l'Albanie.
    Son oeuvre, publiée aux Éditions Fayard, est composée de romans, de récits, de recueils de nouvelles, d'un recueil de poésie et d'une pièce de théâtre. Textes réunis dans douze volumes, parus sous le titre Oeuvres complètes.
    Ismail Kadaré est considéré, depuis quelques années, comme l'un des plus grands écrivains de notre temps, il est traduit dans une quarantaine de pays, et a reçu de très nombreuses distinctions internationales.
    Son nouveau livre, intitulé Matinées au Café Rostand, est un recueil de textes inédits.

    "Dans cet ouvrage, Ismail Kadaré qui partage désormais son temps entre l’Albanie et la France, commence par décrire sa première arrivée à Paris, au début des années 1970, alors qu’il est encore recouvert des miasmes du régime qui l’a laissé sortir quelques jours.
    La Ville lumière lui apparaît alors comme dans un songe. Cette « liaison », selon ses propres mots, va durer quatre décennies et perdure. Ce furent d’abord vingt années, pendant lesquelles il vécut sous la chape communiste, puis vingt autres qu’il qualifie d’intemporelles. Années où l’écrivain, tous les matins, et encore aujourd’hui, a posé ses notes et son stylo sur une table du café Rostand, face au jardin du Luxembourg, puisant dans ce rituel le moyen d’évoquer tour à tour Tirana, Moscou, l’Académie française, Macbeth, le prix Nobel, mais aussi ses compagnons de jeunesse dans une Albanie muselée et les figures littéraires qui surgissent au gré de ses promenades dans Paris.
    Refuge de l’écrivain et, pour lui, lieu d’inspiration, le café, véritable fil conducteur de ces courts récits, lui permet de livrer ici le ferment d’une vie d’écriture."
    (Présentation de l'éditeur)

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.