GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Ghana et Côte d’Ivoire: vers un cartel du cacao?

    Graines de cacao. Flickr/Giulian Frisoni

    Face à la chute des cours du cacao, les deux premiers producteurs au monde, la Côte d’Ivoire et le Ghana, veulent renforcer leur coopération.

    Va-t-on vers un cartel du cacao entre le Ghana et la Côte d’Ivoire ? La chute des cours, de 30% depuis l’été dernier, occasionne en tout cas beaucoup de concertations entre les gouvernements ouest-africains, à la tête des deux premiers pays producteurs au monde de cacao. Le ministre ivoirien de l’Agriculture s’est rendu à Accra à la mi-mars, et le nouveau directeur du Cocobod, qui gère la filière ghanéenne, s’est déplacé à Abidjan la semaine dernière pour rencontrer son homologue ivoirienne, Massandjé Touré Litsé. « Il est important que le monde entier sache aujourd’hui qu’en termes de cacaoculture il y aura le Ghana et la Côte d’Ivoire d’un seul et même côté », a tenu à résumer la directrice générale du Conseil du Café Cacao.

     
    La solidarité n’a pas toujours été de mise entre les deux leaders mondiaux du cacao, qui ont souvent fermé les yeux sur la contrebande qui sévissait dans un sens ou dans l’autre en fonction des prix versés au producteur de part et d’autre de la frontière. Cette année, la baisse du prix garanti en Côte d’Ivoire pour la récolte intermédiaire encourage la contrebande vers le Ghana qui continue à rémunérer davantage le kilo de fèves.
     
    Les deux Etats se sont engagés à lutter contre cette contrebande qui mine les revenus fiscaux de la Côte d’Ivoire, déjà en chute libre. Le Cocobod ghanéen et le Conseil du café cacao ivoirien ont aussi annoncé un renforcement de leur coopération par des réunions régulières et la création d’un comité, qui sera chargé de nouvelles mesures pour gérer la production et permettre aux agriculteurs d’en vivre durablement.
     
    Faut-il imaginer la prochaine constitution d’un cartel africain du cacao entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, 60% de l’offre mondiale à eux seuls ? Un cartel susceptible de stocker les fèves pour faire remonter les prix mondiaux, lorsqu’ils chutent. Encore faut-il pouvoir financer ces stocks. Le Cocobod du Ghana n’a plus d’argent, quant à la Côte d’Ivoire, encore plus touchée par la baisse des revenus cacaoyers la moitié de ses exportations et 15% de son PIB, elle a demandé l’aide financière du Fonds monétaire international.

     


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Cacao: les filières ébranlées par la chute des prix

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Cacao: L’ICCO s'installe à Abidjan en pleine déprime du marché

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Cacao: l’Etat ivoirien va payer cher l’imprudence des exportateurs locaux

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le cacao ouest-africain à nouveau dans la tourmente

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Côte d'Ivoire suspend les ventes de cacao devant la chute des cours

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Quel avenir pour le cacao certifié durable ?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.