GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Les candidats à la présidentielle promettent d’augmenter le pouvoir d’achat

    Si les loyers augmentent légèrement et que le prix des ordinateurs baissent fortement, le pouvoir d'achat global s'améliore, mais le ménage à faible revenu aura surtout perdu du pouvoir d'achat. Balint Porneczi/Bloomberg via Getty Im

    Une majorité de Français trouvent que le pouvoir d'achat a baissé. Pour améliorer leur situation, les principaux candidats à la présidentielle ont tous inscrit dans leur programme des mesures de revalorisation.

     

    Le pouvoir d'achat est devenu l'un des thèmes phares de cette campagne alors qu'il se redresse depuis deux ans d'après les relevés de l'Institut national des statistiques. Une amélioration qui a totalement échappé aux Français. Huit sur dix trouvent au contraire qu'il a diminué. L'Insee a du mal à capter ce ressenti car son outil statistique fournit soit un chiffre global de revenu disponible soit une moyenne ; dans ces deux indicateurs généraux, les inégalités de revenus sont invisibles, illisibles. Concrètement si les loyers augmentent légèrement et que le prix des ordinateurs baissent fortement, le pouvoir d'achat global s'améliore, mais le ménage à faible revenu aura surtout perdu du pouvoir d'achat, d'abord parce que le logement représente une part substantielle de ses dépenses, ensuite parce qu'il ne profitera pas de la baisse du prix d'un équipement qu'il n'a de toute façon pas les moyens de s'offrir.
     
    Pour améliorer l'ordinaire Marine Le Pen fait la proposition la plus explicite avec une prime pour le pouvoir d'achat.
     
    La candidate du Front national veut distribuer une prime mensuelle de 80 euros à ceux qui gagnent moins de 1 500 euros. Le socialiste Benoît Hamon prévoit lui d'allouer son revenu universel d'existence en priorité aux personnes ayant un revenu inférieur à 2 200 euros par mois. Avec ce revenu universel, il est le candidat le plus inventif pour réduire les inégalités de revenus et donc de pouvoir d'achat. Jean-Luc Mélenchon lui aussi a de multiples propositions pour améliorer immédiatement le quotidien des Français. La plus parlante et la plus classique est une augmentation substantielle du salaire minimum. De 176 euros nets par mois pour commencer. Emmanuel Macron a rattrapé le coche en ajoutant à son programme l'augmentation de la prime d'activité, une allocation mise en place l'an dernier qui complète le revenu des bas salaires, et il a aussi annoncé la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des contribuables. François Fillon, le candidat des Républicains, fait un geste symbolique en proposant un abattement sur les cotisations sociales de l'ordre de 30 euros par mois.
     
    A ces mesures générales s'ajoutent des mesures ciblées destinées aux retraités.
     
    Ces 16 millions d'électeurs potentiels, en général très assidus aux urnes, sont choyés par les candidats. Les favoris du premier tour ont tous prévu d'augmenter le minimum vieillesse. Mais dans des proportions très variables. Le plus généreux Jean-Luc Mélenchon ferait passer ce plancher de 800 à 1 150 euros. Benoît Hamon propose plus 10%; idem pour Marine Le Pen qui inclut les retraités dans les bénéficiaires de sa prime de pouvoir d'achat. Emmanuel Macron est resté vague, une revalorisation de 100 euros serait plus un horizon qu'un départ. Et une fois encore François Fillon est le moins disant avec un coup de pouce de 25 euros par mois pour les pensions inférieures à 1 000 euros. Toutes ces promesses faites pour doper le pouvoir d'achat sont plus ou moins financées : par les entreprises, et surtout par des dépenses publiques accrues, et de nouveaux impôts sur la consommation.

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.