GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le blé français craint de perdre son précarré africain

    Un champ de blé dans la vallée de la Loire en France. Getty Images

    Face au manque de disponibilité du blé français, cette année, l'Afrique de l'Ouest s'est tournée massivement vers le blé russe. Un véritable précédent.

    Le blé français va-t-il perdre son précarré africain, au profit du blé russe ? L'Afrique de l'Ouest était jusqu'à présent un marché captif pour le blé français : jusqu'à 90% du blé ouest-africain provenait de l'Hexagone. Les relations commerciales étaient anciennes et la qualité du blé français correspondait au type de pain consommé en Côte d'Ivoire, au Sénégal ou Mali. Mais la France a subi la pire récolte en trente ans, gâchée par la météo l'an dernier, elle n'avait pas les quantités ni la qualité panifiable requise ou alors à un prix trop élevé, étant donné la rareté du blé en France.

    L'Afrique de l'Ouest a donc fait ses emplettes ailleurs, en Argentine, au Canada, en Allemagne, mais surtout en Russie et en Ukraine : la Côte d'Ivoire qui avait importé 500 000 tonnes de blé français l'an dernier, a importé plus de 100 000 tonnes de blé russe cette année, le Sénégal en a acheté 300 000 tonnes, plus 50 000 tonnes de blé ukrainien, au total presque autant que ses achats de blé français de l'an dernier.
    Le blé de la mer Noire a mis un pied dans la porte en Afrique de l'Ouest -résume-t-on chez InVivo, le premier groupe coopératif agricole français.
     
    Le blé russe est peut-être plus long à travailler, parce que plus sec. Mais en opérant des mélanges, les meuniers et les boulangers africains ont découvert qu'à ce prix-là, on pouvait faire du pain à la française avec du blé russe !
     
    Les débouchés français ne sont pas détruits pour autant, la prochaine récolte en France devrait être meilleure. Mais il faudra au blé français compter avec cette nouvelle concurrence du blé de la mer Noire en Afrique. Le rapport qualité-prix pèsera beaucoup plus. Pour preuve, la baisse actuelle des prix du blé français lui a permis de retrouver tout récemment le chemin des ports d'Afrique de l'Ouest (souligne-t-on chez Agritel, société de conseil en gestion agricole), mais aussi du Maroc et d'Egypte, où le blé russe concurrence le blé français depuis beaucoup plus longtemps.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.