GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Juillet
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pétrole: l’Opep condamnée à prolonger son accord

    AFP PHOTO / ALEXANDER KLEIN

    Plus d’un mois avant la réunion de l’Opep à Vienne, les poids lourds de l’organisation laissent entendre que l’accord de réduction de production sera prolongé.

     

    L’Opep est condamnée à prolonger son accord de novembre. En tout cas, à le faire savoir, avant même sa réunion du 25 mai prochain à Vienne, tant les prix du baril s’orientaient à nouveau à la baisse depuis quelques jours. Poids lourds de l’organisation, l’Arabie saoudite et le Koweït ont reconnu que malgré les efforts des pays de l’Opep à respecter leur engagement de réduire leur production, les objectifs étaient loin d’être atteints : les stocks de pétrole n’ont pas baissé dans les pays industrialisés. Or selon l’Agence internationale de l’énergie, qui les représente, la demande de pétrole augmentera moins que prévu cette année, elle n’absorbera donc pas toutes ces réserves.

    Pourtant, les pays de l’Opep et la Russie, leur alliée de circonstance, ont respecté, au moins les deux premiers mois de l’année, leur engagement de réduire d’1,8 million de barils par jour leur offre. Mais dans le même temps, les États-Unis n’ont cessé de produire plus, et ils pourraient d’ici la fin de l’année combler tout ce que les pays de l’Opep ont retiré du marché.

    Prise au piège

    L’Opep est prise au piège, la hausse des cours que son accord avait suscitée encourage la production concurrente américaine, ce qui éloigne toute perspective de rééquilibrer durablement le marché. Mais les pays exportateurs de l’organisation ne peuvent pas non plus rouvrir en grand les vannes, au risque de voir s’effondrer de nouveau les prix du brut, comme entre 2014 et 2016.

    L’Opep communique pour occuper le terrain, estime Philippe Sébille-Lopez, de Géopolia. Pour rassurer sur le fait que son accord sera prolongé au-delà du mois de juillet. On ne sait pas pour combien de temps ni comment il sera applicable, étant donné la volonté de l’Irak de s’y soustraire, mais il y aurait un début de consensus, affirment les ministres saoudien et koweïtien du Pétrole, et, hors de l’Opep, le ministre d’Oman. Quant à la Russie et les compagnies pétrolières russes, elles seront consultées dans les jours qui viennent.

     


    Sur le même sujet

    • Congo-Brazzaville

      [Reportage] Congo-Brazzaville: les pénuries de fuel compliquent la vie des taxis

      En savoir plus

    • Gabon

      Gabon: fin de la grève au sein du groupe pétrolier français Maurel & Prom

      En savoir plus

    • Chine / Arabie saoudite

      Arabie saoudite: le roi Salman reçu par Xi à Pékin pour resserrer les liens

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.