GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Nord Stream 2 : un financement pour le gazoduc sous-marin russe

    Le patron de Gazprom Alexei Miller (g) aux côtés de l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, Isabelle Kocher PDG d'Engie, Gérard Mestrallet, président du conseil d'administration d'Engie, lors de la signature de l'accord, à Paris, l le 24 avril 2017. REUTERS/Christian Hartmann

    Malgré l'opposition d'une partie des Européens, le projet russe d'un deuxième gazoduc sous la Baltique avance : Nord Stream 2 vient d'obtenir un financement des compagnies gazières européennes, partenaires du fournisseur russe Gazprom.

     

    Le financement de Nord Stream 2 est bouclé. C’est une étape de plus vers la réalisation du gazoduc voulu par le producteur russe Gazprom pour fournir l’Europe sans passer par l’Ukraine. Nord Stream 2 devrait doubler Nord Stream 1 sur 2 200 km au fond de la mer Baltique. Et fournir à l’Europe 55 milliards de m3 de gaz supplémentaire par an. De quoi compenser en partie le déclin de la production européenne de gaz.

    Mais ce projet reste très controversé en Europe. Défendu par l’Allemagne, où déboucherait le gazoduc, il est jugé « non prioritaire » par la Commission européenne : Bruxelles soutient le transit par l’Ukraine et préférerait diversifier les fournisseurs de gaz du continent, dans un contexte plus que tendu avec Moscou. La Pologne, elle est farouchement opposée à Nord Stream 2, pour des raisons à la fois politiques et économiques : Varsovie perdrait en volume de transit gazier et donc en revenus, si ce deuxième gazoduc sous-marin russe voyait le jour.

    Lever les obstacles juridiques

    C’est pourquoi les autorités polonaises de la concurrence avaient contesté le mode de financement de Nord Stream 2, une co-entreprise à l’époque de
    Gazprom et de cinq opérateurs gaziers de l’Union européenne. Désormais le géant russe du gaz est seul actionnaire. Mais pour financer les 9,5 milliards d’euros, Gazprom recevra un prêt de 950 millions d’euros de chacune des compagnies européennes, le Français Engie, les Allemands Uniper et Wintershall, l’Autrichien OMV et l’Anglo-Néerlandais Shell.

    Un tour de passe-passe financier pour surmonter l’obstacle juridique polonais. Le précédent obstacle était tombé lorsqu’il avait été prouvé que la Commission n’avait pas de compétence sur un gazoduc maritime et ne pouvait donc pas s’y opposer. Nord Stream 2 doit maintenant obtenir un permis de chacun des pays européens dont il traversera les eaux territoriales, Finlande, Suède et Danemark, celui de l’Allemagne et de la Russie étant acquis. Comme Nord Stream 1, Nord Stream 2 s’est tenu bien à distance des pays Baltes, pour ne pas avoir à leur demander leur avis. Gazprom espère ouvrir les vannes de Nord Stream 2 dans deux ans et demi.

     


    Sur le même sujet

    • Infographie

      Le gazoduc Nord Stream

      En savoir plus

    • Russie / Europe / Energies

      Le gazoduc Nord Stream ouvre ses vannes à l'Europe

      En savoir plus

    • Russie /Turquie / Gaz

      La Russie et la Turquie signent le projet de gazoduc TurkStream

      En savoir plus

    • Russie / UE

      «Turkish Stream»: la nouvelle bataille du gaz aura-t-elle lieu?

      En savoir plus

    • Energie/Europe

      Le gazoduc South Stream accentue la guerre des gazoducs en Europe

      En savoir plus

    • Environnement

      Inauguration officielle de la construction du Nord Stream

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Brésil: chute importante de la production de café

    Brésil: chute importante de la production de café
    Premier producteur de café et exportateur mondiale, le Brésil envisage une baisse conséquente de sa récolte pour cette année.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.