GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'écrivain espagnol Victor del Arbol

    Victor del Arbol. © Marc Fichet / Rfi

    Victor del Árbol est né à Barcelone, en 1968. Après quelques années passées dans un séminaire, des études d'Histoire, et deux décennies dans les services de police de la communauté autonome de Catalogne, il publie son premier roman en 2006. En France, ses livres suivants sont traduits aux Editions Actes Sud : La Tristesse du samouraï (Prix du polar européen 2012 du Point), La Maison des chagrins (2013),
    Toutes les vagues de l’océan (Grand prix de littérature policière 2015), dans la collection «Actes noirs».

    Son nouveau roman intitulé La Veille de presque tout a reçu le Prix Nadal 2016.

    «L’inspecteur Ibarra a été transféré depuis trois ans dans un commissariat de sa Galice natale après avoir brillamment résolu l’affaire de la petite disparue de Málaga. Le 20 août 2010, 0 h 15, il est appelé par l’hôpital de La Corogne au chevet d’une femme grièvement blessée. Elle ne veut parler qu’à lui. Dans un sombre compte à rebours, le récit des événements qui l’ont conduite à ce triste état fait écho à l’urgence, au pressentiment qu’il pourrait être encore temps d’éviter un autre drame.
    À mesure que l’auteur tire l’écheveau emmêlé de ces deux vies, leurs histoires – tragiques et sublimes – se percutent de plein fouet sur une côte galicienne âpre et sauvage.
    Une fillette fantasque qui se rêvait oiseau marin survolant les récifs, un garçon craintif qui, pour n’avoir su la suivre, vit au rythme de sa voix, un vieux chapelier argentin qui attend patiemment l’heure du châtiment, un vétéran des Malouines amateur de narcisses blancs…
    Aucun personnage n’est ici secondaire et l’affliction du passé ne saurait réduire quiconque au désespoir. Chacun est convaincu que le bonheur reste à venir, ou tente pour le moins de s’inventer des raisons de vivre. C’est ainsi que, dans ce saisissant roman choral, l’auteur parvient à nimber de beauté l’abjection des actes, et de poésie la noirceur des âmes.»
    (Présentation de l'éditeur)

    Chronique de Baptiste Touverey : «L'ombre intérieure et l'ombre extérieure», un article consacré à la publication du dernier volume de la correspondance de Samuel Beckett.

     

     

    Prochaine émission

    L'écrivain américain Harlan Coben publie un nouveau polar vraiment noir

    L'écrivain américain Harlan Coben publie un nouveau polar vraiment noir
    Né en 1962, Harlan Coben vit dans le New Jersey avec sa femme et leurs quatre enfants. Diplômé en sciences politiques du Amherst College, il a rencontré un succès immédiat dès la publication de ses premiers (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.