GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Espagne: quand des groupes mafieux «séquestrent» des appartements

    Quartier en construction dans une banlieue résidentielle de Madrid. De nombreux chantiers sont en panne après l'explosion de la bulle immobilière en 2008. REUTERS/Paul Hanna

    C’est un phénomène mafieux non chiffré, mais en pleine augmentation en Espagne. Des groupes occupent des appartements vides illégalement et y installent des locataires aux dépens des vrais propriétaires.

    de notre correspondant à Madrid,

    Le mécanisme est assez simple. Il existe d'ailleurs depuis une dizaine d’années, mais est en forte hausse. Concrètement, des groupes mafieux font un travail de recherche d’appartements vides, en vente, à louer, ou tout simplement maintenus vides par leurs propriétaires.

    Ces mafias changent les serrures, arrangent quelque peu l’appartement, puis y mettent des squatteurs ou des occupants qui y trouvent leur intérêt. Lorsque les propriétaires s’en rendent compte et qu’ils cherchent à récupérer leurs biens, ces mêmes groupes exigent une rançon de l’ordre d’un millier d’euros contre le logement « séquestré ».

    Madrid et Barcelone en tête

    Les grandes villes sont sans surprise les plus visées, avec en tête Madrid et Barcelone, mais aussi le littoral méditerranéen ; partout en réalité où se trouvent de grandes proportions de logements vides.

    Or, à la suite de la crise économique de 2008 et du krach immobilier qui s’en est suivi avec l’explosion de la bulle, une énorme quantité d’appartements et de maisons en lotissements sont demeurés vides en Espagne. On compte dans tout le pays environ 2,4 millions de logements vides, soit environ 15% du parc total, alors qu'en même temps, de nombreux Espagnols peinent à trouver un logement. 

    Un phénomène lié indirectement aux expulsions

    Ada Colau, maire de Barcelone, le 11 juin 2016. AFP/Pau Barrena

    Au cours des manifestations des Indignés, les expulsions immobilières étaient au coeur de la grogne : des personnes dans l'incapacité de rembourser leur emprunt immobilier et expulsées par les huissiers, souvent de façon dramatique. Ces tragédies ont provoqué des levées de boucliers de la part des mouvements sociaux et pporté sur le devant de la scène de nouveaux leaders comme la maire de Barcelone, Ada Colau, issue des collectifs pour le droit au logement.

    Un phénomène qui a indirectement un lien avec les « séquestrations » d'appartements. Car du fait de ces expulsions, les grandes banques ont récupéré des centaines de milliers de logements et cherchent désespérément à les vendre. Ce qui est très compliqué car les banques refusent de baisser vraiment les prix et pratiquent un système de mise aux enchères. En conséquence, beaucoup d’appartements se retrouvent vides alors que de nombreuses personnes cherchent à se loger sans le sou. Ces mafias servent alors en quelque sorte de « pont » entre les deux. 


    Sur le même sujet

    • France

      Logements neufs en France: les mises en chantier progressent

      En savoir plus

    • Gabon

      Gabon: un tirage au sort pour attribuer 872 logements sociaux

      En savoir plus

    • Reportage International

      Des logements communautaires à Munich

      En savoir plus

    • Mali

      L'Etat malien s'attaque aux occupants illégaux de logements administratifs

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.