GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La ministre philippine de l’Environnement ne résiste pas au lobby minier

    L'ancienne ministre de l'Environnement, Regina Lopez. REUTERS/Erik De Castro

    Aux Philippines, le Parlement a limogé ce mercredi la ministre de l'Environnement. Regina Lopez avait ordonné de fermer la moitié des mines du pays, principalement des mines de nickel.

     

    La passionaria de l'environnement aux Philippines est limogée. Regina Lopez n'a pas résisté au lobby minier. La ministre, considérée comme l'originale d'une famille d'industriels philippins richissimes, prof de yoga, ayant vécu plus de 10 ans en Afrique parmi les plus pauvres, est très populaire quand elle commence son mandat. Aux Philippines, elle est connue pour avoir nettoyé la rivière qui traverse la capitale, Manille, de ses déchets.

    Mais en moins d'un an, Regina Lopez se met à dos toute l'industrie minière du pays. Elle ordonne la fermeture de 22 mines sur les 41 que compte le pays, principalement des mines de nickel. Le mois dernier, elle interdit les mines à ciel ouvert, et elle réclame aux producteurs de nickel un prélèvement supplémentaire à l'hectare exploité. Des décisions illégales, peste l'industrie minière philippine, qui accuse même la ministre d'extorsion de fonds au profit de sa propre fondation... Ce mercredi, la commission parlementaire a tranché à Manille, elle refuse d'entériner la nomination de Regina Lopez au gouvernement, ce qui vaut limogeage.

    L'industrie minière compte désormais lever les interdictions imposées par la ministre. Cela voudrait dire une remontée en flèche de la production de nickel, dont les Philippines sont devenues le premier exportateur, 10% de l'offre mondiale, l'an dernier. Les marchés des métaux l'ont bien compris, les cours du nickel ont aussitôt perdu 3% à la bourse de Londres. La peur de manquer de nickel se transforme en peur d'en avoir trop, d'autant que l'Indonésie a mis fin à son embargo sur les minerais. L'Indonésie était auparavant le premier exportateur de nickel devant les Philippines. La concurrence risque d'être rude entre les deux pays miniers asiatiques, pour fournir les aciéries chinoises, maintenant que l'industrie minière philippine a obtenu l'éviction de son ennemie du gouvernement, à Manille.

     


    Sur le même sujet

    • Philippines

      Philippines: invité par Trump à Washington, Duterte hésite à accepter

      En savoir plus

    • Philippines

      Mer de Chine méridionale: Manille espère un accord avec Pékin avant fin 2017

      En savoir plus

    • Philippines

      Philippines: une attaque terroriste a été déjouée sur l'île touristique de Bohol

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.