GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Bolloré à la peine en version latine

    Vincent Bolloré, l'homme fort de Vivendi. ERIC PIERMONT / AFP

    Un bras de fer vient de s'engager entre Vincent Bolloré, les autorités italiennes et la famille Berlusconi à propos de Télécom Italia et de Mediaset.

    C’est avec un conseil d’administration recomposé à sa main que Vincent Bolloré a conforté, jeudi, son emprise sur Telecom Italia. Un de ses proches, Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi, a même été nommé vice-président de l’entreprise de télécommunication italienne dont le groupe français détient près de 24 % du capital. Une position d’attente, pendant quelques semaines, avant que le groupe Vivendi ne prenne le contrôle de Telecom Italia.

    Car s’il est une chose qui est à peu près sûre, c’est que Vincent Bolloré, l’homme fort de Vivendi, n’a pas renoncé à son grand projet de convergence entre les médias et les télécoms. « Notre ambition reste inchangée : produire et distribuer des contenus latins à forte valeur ajoutée » a ainsi déclaré Arnaud de Puyfontaine, le 25 avril, avant de réitérer jeudi sa volonté de construire « un groupe mondial avec des racines européennes » capable de se différencier des grandes plateformes vidéo anglo-saxonnes par son ancrage méditerranéen et tourné vers le Sud.

    Si cette réaffirmation est faite haut et fort pour être bien entendue, c’est qu’elle ne va plus tout à fait de soi depuis que l’autorité de régulation italienne, l’AGCom, a estimé qu’en application de la loi Gasparri, Vivendi ne pouvait pas contrôler à la fois Telecom Italia et Mediaset, le groupe audiovisuel de la famille Berlusconi dont il détient près de 29 % des parts.

    C’est vrai que contrairement à la France, l’Italie peut imposer à de puissants opérateurs télécom de ne pas s’emparer d’une partie substantielle des médias, les limites anti-concentration touchant ce que les Italiens appellent « le système de communication intégré », c’est-à-dire le paysage télécoms et médiatique.
    Dès lors, il y a deux solutions pour Vincent Bolloré. Soit il se désengage du capital de Mediaset, soit il renonce à Telecom Italia.

    Or, Bolloré a besoin des deux pièces de son moteur pour construire le « Netflix européen » qu’il appelle de ses vœux, à la fois les contenus de Médiaset, de Canal+ ou de StudioCanal et l’opérateur italien qui lui garantit la convergence avec les télécoms. Il se dit donc prêt à contester cette décision devant les tribunaux italiens ou la Commission européenne et ne consent à redescendre que sur les droits de vote de Mediaset.

    Cette campagne italienne de l’homme d’affaires breton se complique encore avec l’hostilité de la famille Berlusconi. Depuis près d’un an, un litige oppose Mediaset à Vivendi. Les deux groupes devaient s’échanger des parts, la plateforme Mediaset Premium devait être rachetée. Tout cela, désormais, n’est plus qu’un souvenir.


    Sur le même sujet

    • Chronique des médias

      Médias: pourquoi la liberté de la presse régresse dans le monde

      En savoir plus

    • Chronique des médias

      Le Venezuela face à sa « guerre médiatique »

      En savoir plus

    • Chronique des médias

      Référendum et contrôle des médias en Turquie

      En savoir plus

    • Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Une image a fait le tour du monde et a particulièrement ému le continent américain : c’est la photo d’un homme retrouvé mort avec sa fille au bord du Rio Grande, en tenant …

    • Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Un rapport publié par Reuters Institute fait de la France le dernier pays en matière de confiance dans les médias. Pourquoi un telle défiance vis à vis de la presse ?  …

    • Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      D'importantes manifestations se tiennent à Hong Kong contre le projet de loi sur les extraditions judiciaires vers la Chine. Un million de personnes étaient dans la rue …

    • L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      En Algérie, depuis la démission forcée d’Abdelaziz Bouteflika, la situation des journalistes étrangers sur place est compliquée. Exemple: l'AFP.

    • Allemagne, année Rezo

      Allemagne, année Rezo

      La CDU, le parti au pouvoir avec le SPD en Allemagne, qui met en cause les nouveaux médias, et notamment YouTube, pour une vidéo virale dénonçant le bilan du gouvernement …

    • «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      Cette semaine dans la Chronique des médias, retour sur secret défense qui est de plus en plus opposé aux journalistes en France pour limiter leur travail d’investigation.

    • Quand les géants du web luttent contre le terrorisme

      Quand les géants du web luttent contre le terrorisme

      Nous parlons ce matin des efforts que réalisent les grandes plateformes américaines pour lutter contre la propagation de contenus violents et terroristes avec notamment …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.