GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pétrole: Arabie saoudite et Russie prêtes à limiter la production en 2018

    Une raffinerie de pétrole, en Arabie Saoudite. Getty Images/Pete Turner

    Face à la rechute des cours du brut, Arabie saoudite et Russie évoquent un accord OPEP- non OPEP qui prolongerait la baisse de production au-delà de 2017.

     

    L’Arabie saoudite et la Russie prêtes à réduire leur production jusqu’à la fin 2017 et même en 2018 : en ce début de semaine les deux géants du pétrole doivent à nouveau rassurer les marchés, avant même la réunion de l’OPEP à Vienne le 25 mai prochain. Il s’agit d’enrayer le nouveau plongeon des prix du baril, repassés sous les 50 dollars en fin de semaine dernière.

    Cette rechute des cours est temporaire, affirme le ministre saoudien du Pétrole : c’est la saison de maintenance des raffineries. Mais il y a plus : la Chine inquiète de nouveau, le resserrement du crédit fait chuter les bourses chinoises. D’où d’ailleurs le nouveau plongeon du minerai de fer. Quant aux stocks de pétrole, ils continuent de déborder aux Etats-Unis. Enfin les fonds se mettent à parier à la baisse des prix du pétrole, un mouvement massif qui a accentué le plongeon de la semaine dernière - 10%.

    Pour enrayer cette chute, les producteurs de l’OPEP et la Russie n’ont guère que la communication. Pour l’instant la baisse de leur production s’est traduite par un doublement de celle des Etats-Unis, et non par le rééquilibrage souhaité du marché mondial.

    Méthode Coué ou pas, le ministre saoudien est convaincu que la demande asiatique, pas seulement en Chine, mais en Inde, au Vietnam, aux Philippines, finira par éponger les stocks mondiaux de brut. Khalid El-Falih s’exprimait d’ailleurs depuis Kuala Lumpur, en Malaisie, où la compagnie saoudienne Aramco investit 7 milliards de dollars dans un complexe pétrochimique, tandis qu’en Indonésie, elle contribue à l’extension d’une méga-raffinerie. Mais en attendant, l’OPEP va devoir modérer sa production plus longtemps que prévu.

     

    Prochaine émission

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales
    A neuf mois des municipales les chantiers urbains s'accélèrent en France. Ce qui entraîne des difficultés d'approvisionnement en granit et en bitume.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.