GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Aujourd'hui
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Mille bornes en «tout électrique»

    Les voitures électriques pourraient bientôt parcourir 1 000 Km en une seule charge. Getty Images / Gregor Schuster

    La distance moyenne que peut parcourir un véhicule électrique est actuellement d’environ 160 km par charge. Un réel problème d’autonomie qui entrave l’essor des automobiles utilisant cette énergie. Mais en s’inspirant de la technologie des piles à combustible, des chercheurs allemands ont conçu des batteries lithium qui offrent aujourd’hui avec une seule charge une autonomie de 1 000 km aux voitures électriques.

    Sur la planète, plus de la moitié de l’humanité vit désormais en ville. Aux émissions de polluants crachées par les industries, s’ajoutent celles liées aux activités humaines et principalement à la circulation automobile urbaine fonctionnant aux énergies fossiles. La solution évidente, serait de rouler exclusivement à l’électricité, malheureusement les batteries à technologie lithium utilisées par les engins à propulsion électrique sont franchement anémiques. Elles délivrent une autonomie d’environ 160 km en moyenne et leurs performances parmi les modèles les moins coûteux du marché, sont dignes d’une voiture à pédale. « Il faut repenser tous nos processus de fabrication » ont conclu les chercheurs de trois instituts allemands des hautes technologies.

    En premier, les scientifiques se sont attachés à simplifier l’agencement classique des dizaines de batteries que l’on trouve habituellement dans les véhicules électriques. Elles sont, jusqu’à présent, reliées entre elles par de nombreux câbles et boîtiers de dérivation, une connectique envahissante qui occupe 50% de la place réservée aux cellules d’énergie, amoindrissant du même coup leur performance. Le dispositif développé par les chercheurs s’inspire de la technologie des piles à combustible, en remplaçant les compartiments et les connecteurs par des plaques faisant office, selon leurs faces, soit d’anodes, soit de cathodes.
     
    Leur concept de batterie, nommé EMBATT, se compose d’un feuillet de métal recouvert de chaque côté d’un mélange de céramique, de polymère et de matériaux conducteurs. Ces plaques aux qualités « bipolaires » peuvent être empilées à la manière d’un millefeuille, permettant alors un gain de place. Cette solution améliore aussi les performances des véhicules électriques, avec en prime moins d’usure et une plus longue durée de vie d’utilisation tout en supportant de multiples recharges. Les premiers essais en laboratoire ont été jugés très concluants, les chercheurs annoncent que leur invention offrirait aux conducteurs une autonomie de 1 000 kilomètres à pleine puissance avec une unique charge. Reste maintenant à passer du laboratoire à la production industrielle de cette nouvelle batterie, sûrement « vers 2020 » pronostiquent les scientifiques allemands, bien déterminés cette fois à envoyer les moteurs à explosion polluants, définitivement au musée.
     
    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

     


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le succès de la voiture électrique fait pâlir le palladium

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      Tesla ou le rêve d’une voiture électrique pour tous

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.