GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
Lundi 29 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 31 Mai
Jeudi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La production minière d'argent chute pour la première fois en 14 ans

    Calcite et cristaux d'argent, mine de Bacoll, Catalogne. Wikipedia Rob Lavinsky / Irocks.com / CC-BY-SA-3.0

    La production minière d’argent est en recul en 2016. Mais les stocks sont largement suffisants pour répondre à la demande de métal précieux, en particulier de l’industrie photovoltaïque.

    L’extraction minière d’argent chute pour la première fois depuis 14 ans. La faute au zinc et au plomb ! Plus des deux tiers des tonnages d’argent ne sont qu’une coproduction d’autres métaux, zinc, plomb et cuivre. La fermeture en particulier de grands gisements de zinc, l’an dernier, a fatalement diminué les quantités d’argent associées.

    Le premier fournisseur du métal précieux, le Mexique, a vu son offre chuter, l’Australie et l’Argentine également, ce que n’a pas comblé l’augmentation de la production d’argent du Pérou. Au total on a produit 25 100 tonnes de métal précieux en 2016, une baisse de 157 tonnes, soit -0,6 %.

    Pas de quoi s’inquiéter pour autant. Les stocks d’argent métal déjà sortis de terre sont largement suffisants pour répondre à la demande. D’autant que cette demande physique en métal précieux s’est calmée l’an dernier.

    Les Chinois et les Indiens ont acheté moins de bijoux, moins de lingots d’argent en 2016, une frugalité qui n’a pas compensé l’appétit croissant des Indonésiens et des Vietnamiens pour le métal précieux.
     
    Si la demande mondiale d’argent métal ne s’est pas effondrée, c’est grâce au boom de l’industrie photovoltaïque. Les fabricants de panneaux solaires ont doublé la cadence aux États-Unis et en Chine l’an dernier. La demande mondiale d’argent a progressé d’un tiers pour ce secteur très dynamique des énergies renouvelables. Mais ce sont surtout les investisseurs dans les ETP ou « trackers », adossés aux stocks de métaux précieux, qui ont dopé les prix l’an dernier, après le vote des Britanniques pour la sortie de l’Union européenne. L’once d’argent s’est hissée peu à peu de 13 à 21 dollars en juillet pour retomber à 16 dollars après l’élection de Donald Trump. On est encore loin des 50 dollars de 2011.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine et les Etats-Unis orientent les matières premières selon Cyclope

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La banane, nouvelle vedette du commerce équitable

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le gouvernement turc peine à soutenir le prix de la noisette

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Excédent de sucre l'année de la levée des quotas européens

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.