GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une : le 51e sommet de la Cédéao

    Le Togolais Faure Gnassingbé, nouveau président de la Cédéao. ISSOUF SANOGO / AFP

    « Ce sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest s’est achevé hier à Monrovia au Liberia, rapporte le site d’information Afrique Inside, avec l’élection de Faure Gnassingbé comme nouveau président en exercice de cet ensemble régional formé de quinze Etats. Au pouvoir depuis mai 2005, le dirigeant togolais succède ainsi à son aînée Ellen Sirleaf. »

    Au cours de ce sommet, pointe pour sa part Le Pays au Burkina, « plusieurs sujets ont été abordés : les comptes de l’organisation, la lutte contre l’insécurité, l’intégration, la situation économique régionale. Et l’on peut, poursuit le quotidien burkinabé, rendre hommage à la Cédéao pour les raisons suivantes. Premièrement, en matière de gouvernance politique, bien des pays membres de cette organisation s’illustrent par leur ancrage démocratique. Hormis, le Togo, relève Le Pays, dont le président vient de prendre la tête de l’organisation, et dans une certaine mesure la Guinée Bissau qui semblent traîner les pieds sur ce terrain, force est de reconnaître que tous les autres pays de cet espace méritent, toute modestie gardée, la qualité de pays en pleine construction démocratique. En tout cas, et c’est le moins que l’on puisse dire, il serait injuste de les affubler du qualificatif de républiques bananières. Cette vision des choses prend tout son sens, surtout quand on ose la comparaison entre les pays membres de la Cédéao et ceux appartenant aux autres organisations sous-régionales du continent noir. »

    Les ambitions d’Israël

    Fait marquant de ce sommet, la présence du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et l’absence du roi du Maroc, Mohammed VI… Ceci expliquant cela.

    « Certes, note Aujourd’hui à Ouagadougou, Israël a déjà fait des incursions diplomatiques heureuses au Rwanda, en Ouganda, au Kenya, en Ethiopie et le sommet Israël-Afrique, prévu au Togo, cet automne est bien le signe qu'"Israël est de retour en Afrique et que l’Afrique est de retour en Israël", selon les mots de Netanyahu à l’ouverture du sommet. Un Premier ministre israélien qui n’est d’ailleurs pas venu à Monrovia les mains vides, puisqu’il a dans les poches un milliard d’investissements dans les énergies renouvelables. Mais le fait est palpable que cette présence dérange bon nombre d’Africains, pointe Aujourd’hui, à l’image du n° 1 nigérien qui n’a pas daigné faire le déplacement. Mais pas seulement lui, puisque la chaise vide du roi du Maroc qui a annulé son déplacement in extremis, s’explique en partie par cette présence de Netanyahu. »

    Pourquoi les Israéliens s’intéressent-ils à l’Afrique ? Deux grandes raisons pour Ledjely.com en Guinée : « les attentes les plus explicites d’Israël sont que l’Afrique puisse servir de débouché à son agriculture, ses hautes technologies et son savoir-faire sécuritaire. De ce point de vue, la drague de l’espace de la Cédéao se justifie surtout par le fait qu’il s’agit d’une zone économique relativement homogène, avec en prime quelque 320 millions d’habitants. Toutefois, il n’y a pas que ces enjeux économiques, relève encore Ledjely.com. Du continent africain, l’Etat hébreu veut surtout faire un allié stratégique dans la longue bataille politico-diplomatique qu’il livre au travers du conflit avec la Palestine. En effet, comme l’attestent l’intégration, en octobre 2011, de la Palestine à l’Unesco et l’adoption par la même institution onusienne, en octobre dernier, d’une résolution relative à la protection du patrimoine culturel palestinien à Jérusalem-Est, Israël est en passe de perdre la bataille de l’opinion publique internationale. Il s’en suit que ses positions sont de plus en plus minoritaires au niveau des instances internationales. D’où cette opération de charme en direction de l’Afrique, avec l’espoir que cette dernière pourrait l’aider à reprendre la main. »

    Les ambitions du Maroc

    Pour en revenir au Maroc, le royaume chérifien a franchi au cours de ce sommet une première étape vers son adhésion à la Cédéao, malgré l’absence du roi. C’est ce que souligne Tel Quel. Pour le site d’information marocain, qui cite une source diplomatique à Rabat, cet accord montre que le Maroc ne va pas attendre un sursaut du Maghreb et cherche à nouer des partenariats à l’extérieur, en direction des pays de la Cédéao, donc. Et notamment avec le Nigeria.

    Là aussi, relève L’Observateur Paalga, cette visée vers le sud « n’est certainement pas pour les beaux yeux des Africains. L’offensive diplomatique marocaine est d’abord au service de l’expansion économique et financière du royaume chérifien. Raison pour laquelle certains Etats membres de l’organisation ouest-africaine craignent la déstabilisation des équilibres économiques de la sous-région avec l’arrivée de ce nouvel adhérent royal dans la zone de libre-échange des biens et des personnes. Mais, pointe encore L’Observateur, l’intégration du Maroc à l’espace Cédéao devra, d’abord, passer par la décision politique attendue à Monrovia, ensuite, par l’adaptation juridique à cette décision et, enfin, des discussions techniques qui pourraient s’engager. Et cela ne se fera pas du jour au lendemain. »


    Sur le même sujet

    • Cédéao

      Le président togolais Faure Gnassingbé élu à la tête de la Cédéao

      En savoir plus

    • Liberia/Cedeao

      Ouverture du sommet de la Cédéao en présence de Benyamin Netanyahu

      En savoir plus

    • Cédéao

      Sommet de la Cédéao: le Maroc maintient son intention d'intégrer l'organisation

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.