GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Chine-Afrique de la tomate

    La tomate, le nouvel «or rouge» dont la Chine concentre 30% du commerce. Wikimedia / Procsilas Moscas

    La Chine domine le commerce mondial du concentré de tomate et 70 % de ses exportations vont vers l'Afrique, d'après Jean-Baptiste Malet, auteur d'une enquête sur la tomate d'industrie, « L'Empire de l'or rouge ».

    La Chine est devenue « l'Empire de l'or rouge », le concentré de tomates. Un or rouge qui voyage en barils, comme l'or noir, le pétrole, et qui inonde la planète, et avant tout l'Afrique, avec de grandes interrogations sur sa qualité.

    Jean-Baptiste Malet a mené l'enquête de la Chine au Ghana, en passant par les Etats-Unis et bien sûr l'Italie, berceau de l'industrie du concentré de tomate. Une industrie italienne qui a tout appris à la Chine, lorsqu'elle s'est lancée à la fin des années 90. Dans la province autonomiste du Xinjiang, les champs de blé et de coton ont alors fait place aux champs de « tomates d'industrie ». Des tomates oblongues, peu juteuses et à la peau très épaisse, bref, immangeables telle quelles, mais transformées, après épluchage, épépinage, broyage et évaporation, en triple concentré, qui traverse ensuite les mers dans des poches stériles, empilées dans des barils bleus.

    La planète entière mange du concentré de tomate chinois sans le savoir, dans le ketchup ou les pizzas, dans le double concentré en boîte ou la sauce tomate « made in France » ou « made in Italy » dès qu'il est dilué dans un de ces pays, il n'est pas obligatoire d'indiquer l'origine de la matière première.

    La Chine a capté plus de 30 % du commerce de cet or rouge. Et 70 % du marché africain ! Avec une guerre des prix qui a mené les industriels chinois à des mélanges douteux, lorsqu’ils se sont mis à fabriquer, en Chine, le double concentré expédié en Afrique.

    Dans les qualités les plus basses, le triple concentré chinois peut ressembler à de « l'encre noire » tant il est oxydé. On le complète alors avec des poudres d'amidons, de la fibre de soja, du dextrose et des colorants pour lui redonner un aspect comestible.

    Ces méthodes ont été constatées par l'auteur dans une usine de Tianjin en Chine, qui exporte ses boîtes de concentré prêt à consommer en Afrique. Mais aussi dans une usine toute récente du Ghana, qui devient la tête de pont de l'industrie chinoise de la tomate en Afrique de l'Ouest. Sans utiliser un gramme de tomate ghanéenne.

    A lire: notre webdocumentaire La tomate noire d'Italie


    Sur le même sujet

    • Chine

      Chine: trafic illégal de déchets hospitaliers

      En savoir plus

    • Chine

      Chine: quand l'empire du Milieu opère sa révolution des toilettes publiques

      En savoir plus

    • Géopolitique, le débat

      La Chine face aux défis de l'environnement et de la dépendance alimentaire

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'alliance en or de la Chine et de la Russie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.