GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    La Tanzanie tance ses compagnies minières

    Un ouvrier dans une mine en Tanzanie. Getty Images/Yannick Tylle

    Le président Tanzanien John Magufuli fait trembler le secteur minier. Un audit du secteur commandé par ses soins affirme que les compagnies ont sous-évalué la valeur des minerais exportés. Selon cet audit, la fraude aurait coûté en 19 ans l’équivalent de 75 milliards d’euros à la Tanzanie. Dans le collimateur, des autorités la géant canadien Acacia.

    La presse l’a surnommé le « président bulldozer », John Magufuli, à la tête de la Tanzanie depuis 2015 est en croisade contre le gaspillage des ressources publiques. Ses dernières cibles en date sont les compagnies minières, accusées de fraudes à grande échelle par une commission d’enquête lancée par le chef de l’Etat. Et parmi celles-ci, Acacia, plus grosse compagnie minière du pays et premier investisseur étranger. A la télévision tanzanienne, John Magufuli l’a accusée de piller le pays.

    « En ce qui concerne cette compagnie minière qui se fait appeler Acacia, je demande à tous les ministères responsables de l’appeler et d’exiger d’abord et avant tout qu’elle rembourse ce qu’elle nous doit, dit-il. Si Acacia reconnaît nous avoir volés, alors seulement nous pourrons entrer en négociations avec elle. Si elle veut continuer à faire des affaires avec nous, nous sommes prêts à en discuter. Mes chers compatriotes, si vous partez en guerre et que certains cherchent à vous détourner de vos objectifs, alors vous ne pourrez pas gagner cette guerre. »

    La valeur des terres sous-estimées ?

    Acacia exploite l’or et le cuivre en Tanzanie. La compagnie est accusée d’avoir sous-estimé pendant dix-neuf ans la valeur des terres aurifères qu’elle exporte à l’étranger. Acacia s’en défend et oppose ses tests à ceux effectués par la commission d’enquête. Pour l’économiste tanzanien Bohela Lunogelo, les deux parties doivent se parler et expliquer pourquoi elles arrivent à des résultats si différents.

    « La méthodologie utilisée pour les échantillons tests peut produire des résultats différents, mais ici les variations sont si énormes que cela pose question, analyse l'économiste. L’un dit qu’il y a cent grammes d’or par tonne de terre, l’autre qu’il y en a seulement dix. C’est un facteur de un à dix. On pourrait comprendre si la variation était, disons, de cinq à quinze pour cent. Mais là, il va falloir que les deux parties nous expliquent pourquoi il y a une telle différence. »

    Renégocier les contrats

    Le président Magufuli souhaite renégocier les contrats des compagnies minières. Il a déjà interdit l’exportation des terres non transformées. Et réclame une transformation locale pour développer l’emploi. C’est d’ailleurs l’une des recommandations de l’Union africaine, comme l’explique le professeur Lunogelo.

    « Depuis cinq ans l’Union africaine développe ce qu’elle appelle "Une vision pour le développement minier de l’Afrique" », dit-il. Puis il ajoute : « Cette vision souligne l’importance de l’enrichissement des pays concernés en apportant notamment le plus possible de valeur ajoutée par la transformation des minerais. Faire en sorte qu’il y ait du contenu local avant l’exportation. C’est quelque chose de nouveau et qui plait à beaucoup d’Africains. Et l’on voit qu’en la matière la Tanzanie est pionnière. »

    Les milieux d’affaires sont sceptiques sur cette politique qu’ils jugent trop brutale. Ils attendent des clarifications. Mais Barrick Gold, la maison mère d’Acacia joue la prudence et pour sa part se dit ouverte au dialogue.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.