GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Aujourd'hui
Mardi 22 Août
Mercredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Petit remaniement ministériel. L'équipe gouvernementale est ramenée à 38 ministres, contre 40 précédemment. Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et Alain-Claude Bilie-By-Nze (Communication, porte-parole) sont maintenus. Le ministre des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet-Boubeya est remplacé par Noël Nelson Messone, ancien représentant du Gabon auprès des Nations unies. Enfin, Pierre-Claver Maganga Moussavou, ex-candidat à l'élection présidentielle d'août 2016, est nommé à la vice-présidence, et la présidence du Conseil économique et social est attribuée à René N'Demezoo Obiang, ex-directeur de campagne de Jean Ping.

    Dernières infos

    L’industrie minière sud-africaine hostile à la réforme du gouvernement

    Vue de la mine de Bathopele à Runstenburg, en AfriqueduSud. AFP PHOTO / MUJAHID SAFODIEN

    En Afrique du Sud, l’industrie minière promet des années de procédure contre la réforme du gouvernement, qui élève à nouveau le seuil de l’actionnariat noir dans les entreprises minières.

    C’est la bronca dans l’industrie minière sud-africaine contre la nouvelle charte du gouvernement. Les entreprises du secteur minier ont un an pour distribuer 30% de leurs actions aux Noirs sud-africains, dont 14% à des cadres dirigeants noirs, 8% à des employés et 8% aux communautés locales. Des contraintes qui vont au-delà des 26% de la précédente réforme, imposée il y a quinze ans. « Cette loi était pionnière », estime le ministre sud-africain des Mines, elle a « permis l’émergence de nouveaux capitaines d’industrie noirs ». Mais il faut, selon lui, « ouvrir l’industrie minière à une participation plus large des Noirs sud-africains, et donner plus de pouvoirs aux employés », majoritairement Noirs dans les mines.

    La nouvelle réforme est pourtant un aveu d’échec de l’amélioration du sort des Noirs dans l’économie minière sud-africaine (7% du PIB). Depuis 2002, beaucoup d’actionnaires noirs ont revendu leurs participations, qui avaient été financées par les entreprises minières. Ils se sont enrichis au passage, lors du cycle haussier des minerais et métaux, mais leurs actions n’ont pas été reprises par des Noirs sud-africains. Il faut donc à nouveau rebattre les cartes aujourd’hui, alors que le secteur est mal en point - l’industrie a perdu 60 000 emplois en cinq ans.

    Relever le seuil de l’actionnariat noir dans les entreprises minières, cela veut dire créer de nouvelles actions, et en diminuer la valeur. De quoi faire fuir les investisseurs, estiment les groupes miniers sud-africains. La réforme leur impose aussi de se fournir à 70% en biens et à 80% en services auprès d’entreprises appartenant à des Noirs sud-africains. Un casse-tête en perspective dans la chaîne de sous-traitance, depuis les machines, largement importées, au retraitement de l’eau.

    La Chambre des mines veut saisir la Cour de justice sur les nouvelles règles d’actionnariat, au nom du droit de propriété. Les sous-traitants étrangers pourraient protester auprès de l’Organisation mondiale du commerce. Des années de procédures en vue, estime un avocat du secteur, pour qui il est peu vraisemblable que la nouvelle charte soit appliquée dans un futur proche.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Afrique du Sud: plus de 200 mineurs illégaux arrêtés dans une mine d'or

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: mobilisation en faveur de mineurs victimes de la silicose

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Marikana: les conditions de vie des mineurs toujours aussi difficiles

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Des mineurs sud-africains saisissent la justice contre des sociétés minières

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.