GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: la révolution Macron

    AFP

    « Après l’Élysée, l’Assemblée » : c’est le grand titre du Figaro. Le Figaro qui n’en revient toujours pas… « En deux élections et quatre tours de scrutin, la révolution En marche !, à laquelle personne ne voulait croire, a déferlé sur la France comme un tsunami. La gauche, la droite, les extrêmes : tous les monuments qui balisaient depuis des lustres notre paysage politique ont été sinon submergés, du moins profondément ébranlés. Sur les décombres de ce “monde ancien”, une génération politique profondément renouvelée prend les rênes du pouvoir législatif comme elle a pris hier celles du gouvernement. Dans l’histoire de nos institutions, c’est une révolution qui, depuis 1958, n’a pas de précédent. »

    « On a beau s’habituer à tout, renchérit Libération, la séquence électorale qui s’est achevée hier soir est toujours aussi extraordinaire. Il y a un an, Emmanuel Macron n’avait rien ou presque dans la République, sinon un fragile maroquin dans un gouvernement en bout de course. Aujourd’hui, il a tout. Seule l’abstention record vient ternir une victoire qu’aucun commentateur n’a anticipée en début de campagne. »

    Il y a à peine un an, rappellent Les Échos, « ce 12 juillet 2016, on se presse à la Mutu, on vient voir l’insolent qui défie le chef de l’État à la veille de son 14 Juillet. “Nous commençons à écrire une nouvelle histoire”, lance Emmanuel Macron, alors encore ministre, “notre système politique est usé, nous allons en changer… Nous sommes vous !” On sourit à tant d’audace. À peine un an plus tard, pointe le quotidien économique, l’insolent est devenu président et remporte les élections législatives. Il achève cette histoire : l’“ancien monde” a largement disparu. Les personnalités sont pour beaucoup évincées, l’opposition est affaiblie et morcelée, des inconnus arrivent en masse, les élus n’ont plus de profil politique, mais “société civile”. On dirait qu’un grand vent a ravagé le paysage. »

    Pas de blanc-seing pour autant…

    Attention toutefois, tempèrent bon nombre de journaux ce matin, les bases de ce succès sont fragiles… « Les Français n’ont pas donné une carte blanche au nouveau Président, note L’Union. L’ampleur inédite de l’abstention enregistrée à un scrutin législatif sous la Ve République témoigne d’un laisser-faire, d’un désintérêt ou d’une indifférence préoccupante envers la vie de la cité, creuset et vitalité de la démocratie. Le gouvernement ne peut pas faire comme si la victoire était exceptionnelle. Il se doit d’être humble et méthodique pour ne pas être vite bousculé par la rue. »

    En effet, tonne L’Humanité, « Emmanuel Macron détient les pleins pouvoirs à l’Assemblée, mais le pays ne les lui a pas accordés. Les 58 % d’abstention   un record absolu pour des législatives sous la Ve République   signent un tremblement de terre démocratique, une motion de défiance à l’égard de l’édifice politique qui se dessine. »

    Finalement, relève Le Journal de la Haute-Marne, « les résultats d’hier ne sont pas un aboutissement pour Emmanuel Macron. Juste le point de départ d’une course qui est loin d’être gagnée et qui laisse, c’est la seule certitude, le champ politique en ruines. Tout est à reconstruire, dans tous les sens du terme. »

    C’est un « triomphe en trompe-l’œil », insiste La Croix. « Ambitieux pour le pays, stratège désireux d’aller vite, Emmanuel Macron devra combiner audace et précaution. Concentrant beaucoup de pouvoirs, il lui faudra organiser le débat au Parlement et veiller en permanence à la concertation avec les syndicats, les grandes organisations de la société civile, les représentants des religions… Contrairement aux apparences, il ne dispose pas d’un blanc-seing. »

    Alors, « l’avenir sera-t-il radieux et novateur ?, s’interroge L’Est Républicain. Pour mettre en œuvre son programme, il lui faudra à la fois de l’audace et une fermeté insoupçonnée tant le troisième tour se jouera dans la rue. Une chose est certaine : les tribuns radicaux qui ferrailleront à l’Assemblée se démèneront jour et nuit pour pulvériser la parenthèse enchanteresse de l’Ovni Macron. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.