GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Mercredi 23 Août
Aujourd'hui
Vendredi 25 Août
Samedi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Huile d'olive : une production française en déclin

    Getty Images/stuartbur

    La récolte d'huile d'olive est en déclin en France, alors que la production explose en Espagne, en Tunisie et même au Portugal. Les producteurs français perdent inexorablement leurs parts de marché.

    La récolte d’huile d’olive 2016-2017 s’annonce « catastrophique » en France. 3 400 tonnes seulement, principalement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, au sud-est du pays. Si la belle récolte de l’an dernier avait fourni une bulle d’air aux oléiculteurs français, la mauvaise performance de cette année va confirmer le déclin inexorable de cette filière dans l’Hexagone.

    Sur les cinq dernières années, la récolte française d’huile d’olive a pratiquement baissé d’un quart par rapport aux cinq années précédentes. Pour revenir au faible niveau de l’année 2000. Et ce malgré la plantation de 3 500 hectares d’oliviers, entrés en production dans l’intervalle.

    Des producteurs vieillissants et une relève pas assez professionnalisée

    La mouche de l’olive des années passées et en 2016, la mauvaise floraison due à la sécheresse et à la fraîcheur n’expliquent pas tout, estime le président de l’interprofession Afidol. Olivier Nasles porte un jugement sans concession sur l’oléiculture française : des producteurs âgés et une relève pas assez professionnalisée. « Il ne suffit pas de planter pour produire, encore faut-il savoir produire, ce savoir-faire nous l’avons en partie perdu », déplore-t-il. « Les oléiculteurs n’ont pas suivi les préconisations de nos techniciens en matière de traitement. Ou ils n’ont pas arrosé quand on leur a dit. Cependant, reconnaît-il, aucun technicien français n’a été capable de nous proposer un changement de méthode de taille, d’irrigation, ou de fertilisation ».

    Sans non plus de lien fort entre les exploitations et les huileries, l’oléiculture se meurt à petit feu, en France, comme en Grèce et en Italie, alors qu’une autre explose, en Espagne, en Tunisie, au Maroc et au Portugal. Des concurrents qui profitent du succès croissant de l’huile d’olive. En France, on consomme 13 % d’huile d’olive supplémentaire par an, c’est aujourd’hui la moitié de l’huile consommée dans l’Hexagone (105 000 tonnes par an). Mais les producteurs français n’arrivent à fournir que 5 % de ce marché local. Sans même parler des marchés étrangers, États-Unis, Canada, Chine, Japon, Russie, Australie, qui consomment eux aussi de plus en plus d’huile d’olive.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La flambée des prix de l'huile d'olive fait le bonheur de la Tunisie

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La guerre de l'olive en Palestine

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.