GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'Otan s'entraîne dans les pays baltes

    Des soldats allemands lors d'un exercice de l'Otan en Lituanie, le 17 mai 2017. REUTERS/Ints Kalnins

    Dans la région balte, d’importants exercices militaires touchent à leur fin. Plus de 5300 soldats de dix pays de l’Otan ont participé pendant deux semaines aux opérations d’entraînement «Coup de sabre» en Pologne et «Loup de fer» en Lituanie voisine. Ces exercices étaient organisés par le commandement des forces terrestres américaines en Europe.

    L’annexion de la Crimée par la Russie a été un coup de semonce pour les pays baltes et l’Otan avait été forcée de réagir face aux craintes des Lettons, Lituaniens et Estoniens. En septembre 2015, des unités d’intégration des forces de l’Otan se sont installées dans chaque capitale balte. Les bataillons multinationaux de l’Otan, d’environ 1 000 soldats, déployés depuis le printemps ont été désormais été déclarés opérationnels par le secrétaire général de l’Otan. La région connaît donc une toute nouvelle configuration militaire, confirmée notamment par le nombre de visites de hauts gradés. Il faut donc s’entraîner à agir ensemble pour pouvoir être efficace en cas de besoin. Les nouvelles forces de réaction rapide de l’Otan et les Alliés en place dans la région n’avaient encore jamais coopéré.

    Des exercices différents pour masquer les défauts

    Les troupes se sont concentrées sur le passage de Suwalki, un endroit stratégique, situé à la frontière entre la Pologne et la Lituanie. La zone, qui a la forme d’un goulot d’une centaine de kilomètres de large est entouré par l’enclave russe de Kaliningrad (à l’ouest) et par la Biélorussie (à l’est). Ces deux derniers pays forment une union militaire. Ainsi, si ce corridor est occupé par les forces militaires russes, les trois pays baltes seraient coupés du reste de l’Europe.

    Les préoccupations des militaires, notamment américain ou de l’Otan concernent principalement cette zone géographique. Ils la survolent régulièrement pour mieux comprendre son caractère crucial quand ils se rendent dans la région. Dimanche dernier, des troupes britanniques et américaines se sont entraînées à défendre ce passage.

    Militarisation

    En Lituanie, réintroduction du service militaire et politique d’acquisition de matériel vont de pair. Une clôture est en cours de construction depuis quelques jours entre la Lituanie et l’enclave de Kaliningrad. Il s’agit de protéger la frontière de la contrebande, mais aussi de possibles attaques de type « hybrides ». Elle est financée par le budget national et c’est une première.

    Mi-septembre, l’armée russe va organiser de très importants exercices militaires avec celui dénommé « Zapad », qui signifie « ouest » en russe. Leur scénario est celui de la réaction à une attaque de l’Otan. Aujourd’hui, Vilnius demande une véritable défense aérienne puisqu’il n’existe pour l’instant qu’une mission de police du ciel en place depuis 2004.


    Sur le même sujet

    • Montenegro / Otan

      Le Montenegro intègre l'Otan et provoque la colère de Moscou

      En savoir plus

    • Ici l'Europe

      Un sommet de l'Otan à l'épreuve du terrorisme

      En savoir plus

    • Accents du monde

      Otan: les critiques de Donald Trump envers les pays membres

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.