GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les ONG ont-elles une part de responsabilité dans la crise des migrants en Méditerranée?

    Migrants secourus par l'équipage du Vos Hestia, navire de l'ONG «Save the Children» dans la mer Méditerranée au large de la côte de la Libye, le 15 juin 2017. © REUTERS/Stefano Rellandini

    3700 morts en 2015, 5000 en 2016, et déjà 1000 en 2017 : la Méditerranée est un tombeau pour les migrants. Le scénario est toujours le même. Des familles fuient les conflits et l’instabilité sur le continent africain et au Moyen-Orient, ils tentent de gagner l’Europe. Légalement, c’est long, incertain, du coup, nombreux sont ceux qui tentent la dangereuse traversée sur des navires de fortune, affrêtés par des passeurs véreux.

    Ces tragédies sont loin d’être nouvelles, mais leur ampleur a changé et en 2014, l’opération militaire et humanitaire «mare nostrum» de la marine italienne est interrompue. Elle coûte trop cher à Rome qui en appelle à l’Europe. L’opération Triton est alors lancée, financée par l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, la fameuse agence Frontex. Problème : elle est dotée de moins de moyens, et n’opère que sur une partie des eaux concernées par les naufrages.

    Du coup, plusieurs ONG décident d’affrêter des bateaux pour venir en aide aux migrants qui risquent leur vie pendant la traversée.

    Une intervention qui fait polémique. C’est le journal américain du Financial Times qui sort l’information en décembre 2016 : Frontex serait irritée par ces opérations de sauvetage. Motif : elles créeraient un appel d’air en faisant croire aux migrants qu’il suffit de prendre la mer pour être secourus, puis transportés en Europe. Une enquête est même ouverte en Italie, mais le procureur de Catane déclare ne disposer d’aucune preuve.

    Pour en débattre :

    - Fabienne Lassalle, directrice générale adjointe de SOS Méditerranée France, association européenne de sauvetage en haute mer créée en 2015. Lauréate du Prix du Citoyen européen 2016

    - Ewa Moncure, porte-parole de l’Agence Européenne de Contrôle des Frontières Extérieures de l’Europe Frontex (Téléphone).

    Rejoignez Le débat du jour sur Facebook et participez au débat en posant votre question dans les commentaires: la plus pertinente sera posée à nos invités en direct.


    Sur le même sujet

    • Invité de la mi-journée

      Union européenne: afflux de migrants en Italie

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Des «chasseurs de frontière» pour traquer les migrants

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.