GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L’Europe veut «endiguer» les flux migratoires

    Des réfugiés sur le port sicilien d'Augusta en Italie, le 25 février 2017. © REUTERS/Antonio Parrinello

    Mieux se coordonner pour gérer le flux des migrants qui arrivent en Europe. C’était l’objectif de la rencontre, le 2 juillet 2017, entre les ministres de l’intérieur français, italiens et allemands. Rome qui souhaite que les bateaux de réfugiés puissent accoster dans d’autres ports européens que les siens. A bon entendeur…
    Pendant ce temps dans le nord de Paris, le centre humanitaire de la porte de la Chapelle, destiné à loger et orienter les demandeurs d’asile a bien du mal à répondre à la demande. Il n’y a que 400 places, si bien que dehors, devant la porte d’entrée, entre 500 et 1000 migrants, pour la plupart soudanais et afghans campent dans la rue, dans des conditions déplorables. C’est le reportage d’Assel Kipchakova.

    Face à ces camps sauvages, à Paris ou Calais, l’Europe navigue à vue. Dans son ouvrage « De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps », la sociologue Yasmine Bouagga dénonce justement la politique répressive de l’Europe qui a tendance aussi à enfermer pour mieux trier. Elle répond aux questions de Catherine Rolland.

    De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps est publié à la Bibliothèque des frontières.

    Cliquez sur l'image pour démarrer la vidéo sur Facebook.

    © RFI

    L’Europe va-t-elle créer un nouveau label pour promouvoir les équipements numériques, éco responsables et réparables ?

    Une première étape a été franchie et le Parlement européen pourrait demander cette semaine à la commission de travailler sur une directive.
    Aucune sanction n’est prévue dans ce rapport d’initiative européen, alors qu’en France l’obsolescence programmée si elle est prouvée peut conduire à une peine de deux ans de prison et 300 000 euros d’amende.
    Les portables sont bien sûr dans le viseur. Alors que les marques Apple et Samsung obtiennent des notes abominables, selon un classement Greenpeace. Un petit fabricant néerlandais a lancé le Fairphone, entièrement réparable et évolutif. C’est le reportage de Laurent Berthault.

    Et si la menace de sanctions a eu pour l’instant peu d’effets en France, l’exemplarité du Fairphone pourrait conduire d’autres fabricants à modifier leurs pratiques. C’est en tout cas ce que pense Valérie Schneider, consultante en développement durable qui travaille sur le numérique responsable. Elle est interviewée par Laurent Berthault.


    Sur le même sujet

    • Cameroun / Nigeria

      Cameroun: l'ONU s'inquiète des rapatriements forcés de réfugiés vers le Nigeria

      En savoir plus

    • Syrie

      Syrie: mouvement de retour de réfugiés et de déplacés depuis le début de l'année

      En savoir plus

    • Ouganda / Réfugiés

      Ouganda: 358 millions de dollars promis pour aider les réfugiés

      En savoir plus

    • Journée internationale des réfugiés

      Aux réfugiés, l’OFPRA pose «beaucoup de questions, mais ils sont gentils»

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.