GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Roumanie: le nouveau gouvernement va-t-il convaincre?

    Le nouveau Premier ministre roumain Mihai Tudose (g.), le président Klaus Iohannis (dr.) et les nouveaux membres du gouvernement. Reuters/Octav Ganea

    La Roumanie a un nouveau gouvernement et un nouveau Premier ministre en la personne de Mihai Tudose, juriste âgé de 50 ans et ministre sortant de l’Economie. Mais sa nomination pose déjà problème. Mihai Tudose a en effet un profil particulier, mais ce n’est pas tout: 16 des 26 ministres du gouvernement sortants ont été reconduits à leur poste.

    Le nouveau Premier ministre roumain, Mihai Tudose, va devoir s'attaquer à la lourde tâche de rassurer ses concitoyens et les partenaires de son pays. Klaus Iohannis, le président de centre-droit, a accepté sa nomination faute de mieux et n'a pas semblé convaincu par le choix de son rival social-démocrate Liviu Dragnea, numéro un du parti. Par ailleurs, l'image de Mihai Tudose souffre de ses liens présumés avec les Services secrets ainsi que de ses problèmes de thèse. Doctorat auquel il a dû renoncer l'an passé suite à des accusations de plagiat. Comme Victor Ponta d'ailleurs, l'ex Premier ministre PSD, lui aussi plagiaire de sa thèse.

    Autre aspect qui ne rassure guère : un rapport du PSD rendu public la semaine dernière dressait un bilan très négatif du passage de Mihai Tudose à la tête du ministère de l'Economie : il n’a mené aucune réforme.

    Enfin, la liste du nouveau gouvernement dévoilé par Liviu Dragnea a un air de déjà-vu : 16 des 26 membres du précédent exécutif ont été reconduits dans leurs fonctions. Cela fait peu de nouveautés. Interrogé sur le « paradoxe » d'avoir reconfirmé à leur poste des ministres très critiqués au sein même de leur parti, Liviu Dragnea assure que les « bloquages » dans l'action du gouvernement sont imputables à son prédécesseur Sorin Grindeanu.

    Un nomination inattendue

    Cinq à six noms avaient été évoqués en interne chez les sociaux-démocrates du PSD et que Mihai Tudose est apparemment le seul à avoir accepté de relever le défi. Après la motion de censure contre l'ancien Premier ministre Sorin Grindeanu, le leader social démocrate Liviu Dragnea se devait d'installer un fidèle au gouvernement. Et Mihai Tudose en est un.

    Ce bras de fer qui a vu Sorin Grindeanu s'opposer à Liviu Dragnea est la vraie cause de ce changement de gouvernement. Personne n'est dupe à Bucarest quant à l'argument officiel avancé par Liviu Dragnea sur le manque de performance du gouvernement Grindeanu. Celui-ci a tenté de faire tomber le chef social démocrate et l'a payé de sa tête. Mihai Tudose devrait être, lui, bien plus docile. Il a même déclaré qu'il quitterait « évidemment » ses fonctions le jour où la loi permettrait au chef du PSD de devenir Premier ministre...

    Rivalité politique sur fond de fraude électorale

    Le chef du PSD a dû renoncer à briguer lui-même le poste de Premier ministre en raison d'une condamnation à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale. En outre, il est actuellement jugé pour « abus de pouvoir » dans une affaire d'emplois fictifs. Or, le président Iohannis a clairement fait savoir qu'il ne nommerait pas une personne condamnée par la justice. La fameuse ordonnance 13 que le gouvernement Grindeanu a voulu imposer en début d'année devait servir à modifier la loi pénale et donc implicitement venir au secours de Liviu Dragnea.

    Seulement, les Roumains sont massivement descendus dans la rue dans la foulée et le gouvernement a dû revoir sa copie. Sorin Grindeanu et Liviu Dragnea ont par la suite semblé de plus en plus en désaccord sur cette question du changement de la loi pénale. C’est ce qui a provoqué la récente lutte fratricide. Un nouveau chapitre s'ouvre avec Mihai Tudose, reste à savoir s’il voudra lui aussi s’aventurer à modifier la loi pénale...


    Sur le même sujet

    • Roumanie

      Roumanie: le social-démocrate Mihai Tudose désigné Premier ministre

      En savoir plus

    • C'est pas du vent

      2. Roumanie: les jeunes agriculteurs prêts à prendre la relève

      En savoir plus

    • Roumanie / Politique

      Roumanie: la majorité de gauche fait chuter son gouvernement

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Kosovo: l'économie nationale peine à offrir des emplois à ses citoyens

    Kosovo: l'économie nationale peine à offrir des emplois à ses citoyens
    Alors que les négociations sur la « normalisation des relations » entre Belgrade et Pristina sont plus que jamais dans l'impasse, l'économie du Kosovo peine à offrir des emplois à ses citoyens. Au contraire, malgré une croissance soutenue, les chômeurs (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.