GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chili: les experts internationaux concluent que Pablo Neruda n'est pas mort d'un cancer
    • Washington demande à l'armée irakienne de limiter ses mouvements près de Kirkouk
    • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»

    Ecophyto 2, dans les Hauts de France

    Désherbage mécanique dans la ferme de Grégoire Lhotte, agriculteur à Venette, dans le Département de l’Oise, dans la Région Hauts de France. © RFI/Sayouba Traoré

    Aujourd’hui, nous allons aborder un sujet très actuel et à la fois très technique, le plan Ecophyto 2, soutenu par les Chambres d’Agriculture en France. Le prétexte, c’est un voyage de presse organisé par l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture dans les Hauts-de-France.

     

    Le tout part du plan gouvernemental Ecophyto. Le but étant de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’agriculture. On parlait alors d’Ecophyto 1. Aujourd’hui, on parle d’Ecophyto 2. Cette exigence de réduction des produits phytosanitaires, tout en maintenant sinon en améliorant la rentabilité des exploitations agricoles, suppose une nouvelle façon de travailler, et surtout des pratiques innovantes pour protéger les cultures et la santé des consommateurs.

    C’est le cas de la ferme de Grégoire Lhotte, spécialisée en grandes cultures et légumes d’industrie. Le problème déclencheur, c’était une infestation de nématodes, un parasite qui s’attaque aux racines des plantes de betterave. Une autre technique utilisée sur la ferme de Grégoire Lhotte, c’est le désherbage mécanique. Pour cela, il a fallu innover également au niveau des équipements agricoles.

    Après Venette, départ pour le village de Grandfresnoy, dans la ferme d’Hubert Fréville. C’est un agriculteur impliqué dans la préservation de la biodiversité. L’exploitation fait partie du réseau d'agriculteurs AuxiPROD, et a pour objectif d’observer la biodiversité dans les parcelles et de développer des dispositifs favorables à la biodiversité (haies, bandes enherbées, …). Les spécialistes parlent de biodiversité fonctionnelle et observation des cultures.

    La démarche ici, c’est de favoriser l’expansion des auxiliaires de culture. Un auxiliaire de culture est un être vivant qui détruit les ravageurs, ou atténue leurs effets. Il s’agit souvent d’animaux consommant les ennemis des cultures : insectes comme les coccinelles, les carabes, des araignées, des vers, certains oiseaux, des chauves-souris, etc. Ces auxiliaires peuvent être lâchés au sein de la culture et cette technique, couramment désignée par l’expression « lutte biologique » est déjà utilisée avec succès dans de nombreuses filières.

    Invités :
    - Didier Marteau, agriculteur dans l’Aube, président de la Chambre d'Agriculture de l'Aube
    - Grégoire Lhotte, agriculteur à Venette, dans le département de l’Oise, dans la Région Hauts de France
    - Hubert Fréville, agriculteur à Grandfresnoy, dans le département de l’Oise, dans la Région Hauts de France.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski

    Stagiaire : Aurore Gailhard


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      Le programme Ecophyto en Pays de la Loire en France

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Le centre d’accueil des femmes victimes des fistules obstétricales de la Fondation Rama

    Le centre d’accueil des femmes victimes des fistules obstétricales de la Fondation Rama
    Cette semaine, le second volet de la lutte des femmes africaines contre les fistules obstétricales, à travers une visite du centre d’accueil de la Fondation Rama, dans le village de Sabtoana, l’un des 36 villages de la commune (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.